NOUVELLES
12/05/2016 07:51 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Chevrette crie victoire sur Uber

« C'est une victoire pour notre société de droits, pour la société québécoise et les Québécois en général », a déclaré d'entrée de jeu Guy Chevrette, négociateur pour l'industrie du taxi, lors d'une conférence de presse suivant le dépôt du projet de loi de Jacques Daoust modifiant l'encadrement de l'industrie.

Le projet de loi du ministre des Transports forcera les chauffeurs d'Uber à acheter ou à louer des permis de taxi pour effectuer des courses rémunérées pour des clients.

Les chauffeurs d'Uber seront ainsi assujettis au même régime juridique que celui des chauffeurs de taxi. La société américaine a menacé de quitter le Québec si le gouvernement adoptait une loi imposant des permis à ses chauffeurs.

De dire Guy Chevrette : « On voulait absolument avoir une loi avec des dents qui suspende les permis de conduire des complices d'UberX. On voulait des amendes plus fortes également pour les représentants d'UberX et on retrouve ça dans la loi ».

M. Chevrette tire aussi satisfaction du fait que les  22 000 emplois que représente l'industrie soient protégés par le projet de loi.

Guy Chevrette a décrit les dernières deux années comme ayant été « très difficiles » : « Jamais on a vu une compagnie étrangère aussi désinvolte, aussi arrogante, se ficher de tous les ministres, se ficher de l'Assemblée nationale et semer la discorde au sein de la population ».

Plus d'informations à venir