NOUVELLES
12/05/2016 06:55 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Brésil/destitution: la révolution française et les procès de Moscou invoqués au Sénat

De la révolution française aux procès de Moscou, plusieurs grandes références historiques ont été utilisées par les sénateurs lors de la séance historique qui a débouché sur la mise à l'écart du pouvoir de la présidente Dilma Rousseff.

Soutien de Mme Rousseff, le sénateur Paulo Paim est revenu à la révolution française en estimant que les partisans de la destitution jouaient avec le feu.

"Ce fut comme ça avec Jacques Danton: dans la phase la plus populaire de la révolution française, il a contribué à ce que plusieurs adversaires aient la tête tranchée", a lancé le sénateur. "Il disait: +C'est un procès politique!+ Sauf que lui-même a fini sous la guillotine."

Eduardo Cardozo, avocat général de l'Union et à ce titre premier défenseur de la présidente, a fait référence aux "injustices dans l'histoire pratiquées avec droit de la défense" pour expliquer son recours à l'expression "coup d'Etat".

"Sacco et Vanzetti ont été punis en ayant eu des droits à la défense et le respect de la procédure américaine du droit, ils ont été accusés injustement, et parce qu'ils étaient idéalistes, ils ont été condamnés", a dit M. Cardozo en parlant des deux anarchistes à la culpabilité controversée, condamnés à mort et exécutés aux Etats-Unis dans les années 1920.

"Les procès de Moscou ont suivi toutes les procédures légales, toutes, et pourtant, ils se sont avérés un vrai crime contre l'humanité", a-t-il ajouté en faisant un parallèle avec des procès en Union soviétique dans les années 1930 qui avaient permis à Staline d'éliminer des rivaux.

Romero Juca (PMDB, centre), proche du vice-président Michel Temer qui exerce désormais les fonctions présidentielles, a recouru à l'image du Titanic, mais la référence la plus surprenante est venue d'un sénateur sans parti, Walter Pinheiro.

Cet élu a fait un rapprochement entre la majorité des orateurs, partisans de la destitution, et L'Etrange Histoire de Benjamin Button de l'écrivain américain Scott Fitzgerald, car ils "annoncent des vieilles recettes comme si elles étaient neuves". Le héros de la nouvelle, né vieux, rajeunit à mesure que les années passent.

ybl/gl