NOUVELLES
12/05/2016 10:33 EDT | Actualisé 13/05/2017 01:12 EDT

Ban Ki-moon : régler la crise syrienne "pourrait prendre du temps"

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a prévenu jeudi qu'un règlement "politique" de la crise syrienne "pourrait prendre du temps", dans une intervention publique à Lisbonne.

"Ma priorité est de régler cette crise à travers un dialogue politique", a-t-il déclaré devant un groupe d'étudiants syriens vivant au Portugal, se disant très préoccupé par la "situation totalement inacceptable" dans laquelle se trouve la Syrie.

Mais aboutir à un règlement politique "pourrait prendre du temps", a averti le secrétaire général des Nations unies, qui a par ailleurs salué l'accueil réservé aux réfugiés syriens par le Portugal.

Ce pays a porté en février à 10.000 le nombre des réfugiés qu'il propose de recevoir, soit plus du double du quota d'environ 4.500 qu'il a déjà accepté dans le cadre des négociations européennes.

Pour l'instant, seuls 211 de ces migrants sont arrivés au Portugal.

Le conflit syrien, qui a déjà fait plus de 270.000 morts en cinq ans, sera au centre d'une nouvelle réunion le 17 mai à Vienne du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), coprésidé par la Russie et les Etats-Unis, qui se sont engagés à "redoubler d'efforts" pour aboutir à un règlement politique.

Ban Ki-moon, qui effectue une visite de deux jours au Portugal, devait dîner jeudi soir avec le Premier ministre Antonio Costa et déjeuner vendredi avec le président Marcelo Rebelo de Sousa.

Antonio Guterres, candidat portugais à la succession de M. Ban à la tête des Nations unies et ancien Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés (HCR), devrait être présent à ces deux rencontres.

ode/bh/bds