NOUVELLES
10/05/2016 08:33 EDT | Actualisé 11/05/2017 05:12 EDT

France: le gouvernement décide de faire adopter sans vote sa réforme contestée du droit du travail

French President Francois Hollande gives a press conference after an Informal European Council meeting following the European Union - Africa Summit on Migration at the Meditterranean Conference Center, on November 12, 2015 in La Valletta. EU leaders attending a summit with their African counterparts today approved a 1.8-billion-euro trust fund for Africa aimed at tackling the root causes of mass migration to Europe.  AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN        (Photo credit should read STEPHANE DE SAKUTIN/AFP/Getty Images)
STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images
French President Francois Hollande gives a press conference after an Informal European Council meeting following the European Union - Africa Summit on Migration at the Meditterranean Conference Center, on November 12, 2015 in La Valletta. EU leaders attending a summit with their African counterparts today approved a 1.8-billion-euro trust fund for Africa aimed at tackling the root causes of mass migration to Europe. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN (Photo credit should read STEPHANE DE SAKUTIN/AFP/Getty Images)

Face au blocage de députés de gauche, le gouvernement français a décidé de faire adopter sans le vote du Parlement sa réforme controversée du droit du Travail, à l'origine de nombreuses manifestations, ont annoncé à l'AFP plusieurs ministres.

L'ensemble du gouvernement était convoqué en début d'après-midi pour autoriser le passage en force de cette loi, présentée comme la dernière grande réforme du quinquennat du président socialiste François Hollande à un an de la présidentielle.

Lors de ce Conseil des ministres extraordinaire, les ministres devraient avaliser le recours à l'article 49-3 de la Constitution qui permet au gouvernement d'engager sa responsabilité sur un projet de loi. Si aucune motion de censure n'est votée, le texte est adopté sans plus de formalité.

L'opposition de droite, minoritaire à l'Assemblée nationale, a déjà annoncé qu'elle était prête à déposer une motion de censure.

La réforme contestée vise, selon le gouvernement, à donner plus de souplesse aux entreprises pour lutter contre un chômage de masse (plus de 10 %), mais elle est jugée trop libérale par ses détracteurs.

Elle a déjà suscité une demi-douzaine de manifestations nationales, dont plusieurs ont été entachées de violences faisant des blessés, même si les cortèges se sont peu à peu réduits au fil du temps.

Partageant les inquiétudes des manifestants, plusieurs députés de gauche avaient indiqué qu'ils ne voteraient pas pour le projet de loi.

Faute de majorité sur ce texte, le gouvernement a donc décidé de recourir à l'arme constitutionnelle du 49-3, déjà utilisée en 2015 pour faire passer une réforme économique portée par le ministre de l'Économie Emmanuel Macron.

Il prend ainsi le risque de froisser encore plus une partie des électeurs de gauche qui, selon les sondages, sont largement insatisfaits du bilan du président François Hollande.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le vrai du faux des arguments sur la loi Travail Voyez les images