NOUVELLES
10/05/2016 05:50 EDT | Actualisé 11/05/2017 05:12 EDT

Cinq choses que vous voulez savoir sur le télescope spatial Kepler

Detlev van Ravenswaay via Getty Images
Kepler telescope in universe

La Nasa a annoncé mardi la découverte de 1 284 nouvelles exoplanètes, des planètes situées en dehors de notre système solaire, découvertes grâce à l'instrument d'observation idéal que constitue le télescope spatial Kepler.

Lancé le 6 mars 2009 et nommé en hommage au mathématicien allemand Johannes Kepler (1571-1630), ce télescope extrêmement puissant d'une taille de 4,7 mètres de long et 2,7 mètres de large, pour un poids d'un peu plus d'une tonne, recherche des planètes où, comme sur la Terre, la vie serait possible.

Comment fonctionne Kepler ?

Kepler était pointé en permanence vers un seul groupe de 150 000 étoiles, dans la constellation du Cygne et de la Lyre, dans la Voie Lactée. Il détecte les planètes en observant les baisses temporaires de luminosité des étoiles qu'il surveille. Quand une planète passe devant son étoile, comme Mercure est passé devant le Soleil lundi par exemple, la lumière qui nous parvient de cette étoile diminue un peu. Kepler peut voir même de très subtiles variations de luminosité, qui nous renseignent sur la présence éventuelle d'une planète. Le télescope est si puissant que, s'il était pointé vers la Terre, il pourrait repérer dans une petite ville, de nuit, le changement de luminosité quand quelqu'un allume la lumière sous le porche de sa maison.

Le plus gros appareil photo de l'espace

Pour observer les étoiles qu'il surveille, Kepler dispose d'une lentille frontale de 1,4 mètre de diamètre, positionnée devant des capteurs numériques, un peu comme dans un appareil photo. Ces capteurs couplés entre eux font que Kepler dispose d'une surface sensible de 95 millions de pixels, ce qui en fait le plus gros appareil photo jamais lancé dans l'espace. Ces capteurs enregistrent en permanence et transmettent leurs énormes quantités de données aux scientifiques de la Nasa sur Terre environ une fois par mois.

On a frôlé la catastrophe

Le bijou technologique qu'est Kepler est déjà tombé en panne. Deux fois ! Dans un premier temps deux des quatre "roues" qui permettent au télescope de pointer vers une direction donnée dans l'espace ont cessé de fonctionner, la première en juillet 2012, la deuxième début 2013. Les tentatives pour les réparer ont échoué, mais les chercheurs de la Nasa sont parvenus à contourner le problème. Depuis cette panne cependant, la mission initiale du télescope a évolué, il n'est plus pointé vers le groupe d'étoiles qu'il observait depuis ses débuts, mais effectue des campagnes d'observations dans le cadre d'une mission baptisée "K2".

Le mois dernier, une deuxième panne a fait craindre le pire. Pour la première fois l'appareil s'est mis en mode "urgence" et a reporté de multiples pannes simultanées. Il s'agissait en fait d'un problème informatique que les ingénieurs de la Nasa sont parvenus à résoudre. Ils ne savent pas ce qui a provoqué ce problème mais le télescope fonctionne à nouveau normalement.

Qu'a découvert Kepler jusqu'à présent ?

Sur les près de 5000 exoplanètes potentielles découvertes à ce jour, plus de 3200 ont été confirmées. Parmi elles, 2325 ont été découvertes par Kepler.

Dans la dernière salve de données décryptées par la Nasa, celle-ci a annoncé mardi que Kepler avait identifié 4302 planètes potentielles. Parmi celles-ci, il y a plus de 99% de chances que 1284 d'entre elles soient effectivement des exoplanètes, et 1327 autres entrent vraisemblablement aussi dans cette catégorie, mais elles n'ont pas rempli les critère de plus de 99% de probabilités et requièrent des analyses supplémentaires.

Les analyses de Kepler ont aussi permis par ailleurs de valider 984 autres exoplanètes qui avaient été observées par d'autres moyens.

Quelle durée de vie pour Kepler ?

Lancée en 2009, la mission initiale de Kepler devait durer trois ans et demi, avec prolongation éventuelle pour deux années supplémentaires. Depuis sa panne en 2013, le télescope est utilisé dans le cadre de la mission "K2", prévue pour durer jusqu'en 2017 ou 2018.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Images From NASA's Hubble Telescope Voyez les images