DIVERTISSEMENT
10/05/2016 09:38 EDT

«Bon Cop Bad Cop 2»: encore plus gros et encore plus spectaculaire (ENTREVUE)

Dix ans après Bon Cop Bad Cop, Patrick Huard et Colm Feore sont sur le point de reprendre les habits de leurs célèbres détectives pour un second volet de la populaire comédie policière réalisée par Alain DesRochers (Nitro). En conférence de presse lundi, les acteurs et l’équipe du film ont convié les représentants des médias en révélant quelques détails sur cette production ambitieuse que l’on nous promet explosive.

«L’idée de Bon Cop Bad Cop 2 m’est venue tout juste un an après la sortie du premier film, a raconté en entrevue l’acteur et scénariste Patrick Huard. J’avais très tôt l’envie, mais les choses n’ont pas été aussi simples. J’ai d’abord tenté d’écrire une suite directe au premier épisode avec les mêmes recettes, mais ça ne fonctionnait pas du tout. Alors je me suis dit que j’allais faire un film en soi avec comme seule prémisse de départ les deux personnages principaux.»

On reprend tout et on recommence, a averti Colm Feore. «Le film débute à fond. C’est spectaculaire avec une grosse scène d’ouverture. On n’aura pas le temps de se poser des questions. Ce sera une belle façon de montrer que l’amitié entre les deux hommes demeure malgré le temps qui passe.»

Ainsi, le fameux duo David Bouchard (Patrick Huard) et Martin Ward (Colm Feore) se retrouveront de nouveau dans une quête commune où viendront se mêler démantèlement d’un réseau de vols de voitures et grand banditisme. Ils doivent à nouveau faire équipe. Cette fois, l’enquêteur québécois se retrouvera sous les ordres de l’Ontarien Ward, devenu depuis officier de la Gendarmerie royale du Canada.

«J’ai pris pour acquis que les gens connaissent déjà les deux héros, explique Huart. Ce n’est que plus tard durant le récit que l’on va découvrir où en sont rendus les deux personnages dans leur vie. Le film, c’est avant tout deux gars qui ont appris à se respecter en acceptant leurs différences.»

Des attentes élevées

Le tournage de Bon Cop Bad Cop 2 doit s’amorcer à Montréal le 22 mai avec un budget de dix millions de dollars. La sortie du film est prévue pour l’été 2017. «Ça va être big en tabarouette, a déclaré le cinéaste Alain DesRochers. Il va y avoir beaucoup d’explosions. Pour un réalisateur, c’est vraiment trippant ce genre de projet où la relation entre les deux personnages reste le pivot du film.»

Après le succès du premier Bon Cop Bad Cop en 2006 et des recettes de douze millions de dollars au box-office – un record au Canada –, Alain DesRochers ne cache pas qu’il y aura beaucoup de pression sur les épaules. Mais c’est une bonne pression, a-t-il tempéré. Je suis super heureux de faire partie de l’aventure.»

«C’est sûr que les attentes vont être élevées, a ajouté Patrick Huard. De mon côté, je me suis donné ce défi en espérant être encore à la hauteur. J’ai pris plusieurs années pour peaufiner le scénario. Je ne me sens pas paralysé par le succès du film. Je pense toujours au public quand je travaille, alors j’espère qu’ils vont aimer.»

Outre nos deux acolytes, Bon Cop Bad Cop 2 sera l’occasion de retrouver Lucier Laurier, Sarah-Jeanne Labrosse et Erik Knudsen. De nouveaux acteurs s’ajouteront à la distribution comme Noam Jenkins, Marc Beaupré ou l’humoriste Mariana Mazza qui signera ici son premier rôle au cinéma.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images