BIEN-ÊTRE
09/05/2016 02:55 EDT | Actualisé 09/05/2016 02:55 EDT

Pas moins de 95% des parents québécois s'estiment compétents

Mother and her little child sucking together spaghetti noodles.
Martin Novak via Getty Images
Mother and her little child sucking together spaghetti noodles.

Au Québec, les parents semblent souvent débordés, voire dépassés, par les besoins de leur progéniture et par la difficile conciliation travail-famille. Or, une étude démontre que les parents se disent dans une grande majorité (à 95 %) compétents dans leurs tâches parentales et qu'ils vivent l'expérience de façon positive.

Cette étude sur la parentalité, d'une ampleur inégalée dans la province, a été réalisée par l'Institut de la statistique du Québec en collaboration avec l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Plus de 14 000 parents d'enfants de moins de cinq ans ont été consultés pour cet exercice commandé par l'organisme Avenir d'enfants et dévoilé lors du lancement de la 21e Semaine québécoise des familles.

« On mesurait le sentiment d'efficacité, le sentiment de satisfaction. Il y a assez de puissance statistique dans cette enquête-là pour comprendre aussi ce qui se passe avec les parents qui se sentent moins efficaces », explique Bertrand Perron, de l'Institut de la statistique du Québec.

Un parent sur cinq dit en effet manquer de soutien de la part de l'entourage, qu'il s'agisse de grands-parents ou de ressources externes. Un problème qui touche particulièrement les parents immigrants ou à faible revenu.

Les parents plus aisés ou plus scolarisés n'échappent pas non plus au stress et vivent d'autres types de pression sociale.

Un parent n'est jamais plus compétent que le réseau qui le soutient.

- Carl Lacharité, du département de psychologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières

Fini le modèle unique

Avec 40 % des couples qui vivent en union libre et une croissance des familles reconstituées ou monoparentales, tous constatent que le visage de la famille change rapidement. « Il n'y a plus de modèle unique », dit Sébastien Proulx, ministre de la Famille, de l'Éducation, du Loisir et du Sport.

Même si la perception des parents d'eux-mêmes est positive, l'étude pourrait permettre de mieux cibler certaines interventions.

« On est capable de prendre ces données-là et imaginer des interventions, du soutien, pour tous ces groupes de parents. », pense Bertrand Perron.

« C'est une bonne nouvelle que les parents se sentent compétents, mais il y a quand même des données qui sont plus préoccupantes. En termes de soutien, les parents n'ont pas le soutien nécessaire. Il y a aussi beaucoup de parents qui ne connaissent pas les services qui sont offerts dans leur communauté », de dire Julie Dostaler, directrice générale d'Avenir d'enfants.

VOIR AUSSI:

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Comment passer du temps avec votre enfant Voyez les images