NOUVELLES
07/05/2016 02:17 EDT | Actualisé 08/05/2017 01:12 EDT

Turquie: deux nouvelles gardes à vue après des tirs visant un journaliste

Deux nouvelles personnes ont été placées en garde à vue samedi dans le cadre de l'enquête sur une attaque armée qui a visé la veille un célèbre journaliste turc, indemne, a rapporté l'agence de presse Dogan.

Le tireur présumé, identifié par les médias turcs comme Murat Sahin, 40 ans, avait déjà été arrêté peu après avoir ouvert le feu, sans le toucher, en direction de Can Dündar, bête noire du président Recep Tayyip Erdogan.

M. Dündar, rédacteur en chef du quotidien d'opposition Cumhuriyet, et son directeur de bureau à Ankara Erdem Gül ont été condamnés en première instance vendredi à respectivement cinq ans et 10 mois et cinq ans de prison pour "divulgation de secrets d'Etat".

L'incident armé était survenu peu avant l'énoncé du verdict. M. Dündar, sorti devant le palais de justice d'Istanbul où les deux hommes étaient jugés, avait alors été pris pour cible, a constaté une journaliste de l'AFP. Un autre journaliste avait été légèrement blessé.

L'assaillant aurait crié "tu es un traître et tu vas en payer le prix !" avant de tirer vers les jambes de M. Dündar, dans une volonté de le blesser et non de le tuer, selon la chaîne CNN-Türk.

La garde à vue de l'agresseur, qui a expliqué vouloir "donner une leçon" à M. Dündar, a été prolongée jusqu'à lundi, a rapporté Dogan.

Le procès de MM. Dündar et Gül, pour la diffusion en 2014 d'un article et d'une vidéo faisant état de livraisons d'armes par les services secrets turcs à des rebelles islamistes en Syrie, est devenu emblématique des atteintes à la liberté de la presse sous la présidence de M. Erdogan, pour nombre d'ONG.

La Turquie pointe à la 151ème place sur 180 dans le dernier classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

gkg/ros