NOUVELLES
07/05/2016 12:04 EDT | Actualisé 08/05/2017 01:12 EDT

Syrie: 13 "conseillers" iraniens tués (médias iraniens)

Treize "conseillers militaires" iraniens ont été tués et 21 blessés ces derniers jours dans des combats dans la région d'Alep au nord de la Syrie, ont rapporté samedi des médias iraniens.

Ces "conseillers" étaient membres des Gardiens de la révolution, a déclaré Hossein Ali Rezayi, un porte-parole provincial de cette armée d'élite aux agences de presse Isna et Fars.

Il s'agit de la plus grande perte annoncée par Téhéran depuis son engagement dans le conflit syrien aux côtés des troupes du président syrien Bachar al-Assad.

L'agence de presse officielle Irna a précisé que, selon les Gardiens de la révolution de la province de Mazandaran (nord), les Iraniens ont été tués ou blessés à Khan Toumane, une localité située à une dizaine de km au sud-ouest de la métropole d'Alep.

L'annonce de cette nouvelle perte dans les rangs iraniens intervient alors que Ali Akbar Velayati, conseiller diplomatique du guide suprême Ali Khamenei, a rencontré samedi Bachar al-Assad à Damas et l'a assuré du soutien de Téhéran.

"La République islamique d'Iran a déployé toutes ses capacités dans la lutte contre les terroristes", a indiqué M. Velayati, cité par l'agence de presse de la télévision d'Etat Irib.

L'Iran est l'autre grand allié de Damas, avec la Russie, qu'il soutient par l'envoi de "conseillers militaires" et de "volontaires" iraniens, mais également irakiens, afghans ou pakistanais.

Plusieurs dizaines de "conseillers" iraniens sont morts en Syrie depuis fin 2015, parmi lesquels des commandants des Gardiens de la révolution.

Téhéran a condamné tard samedi la prise de Khan Toumane par le Front Al-Nosra comme une violation du cessez-le-feu.

"L'action conjointe des terroristes et des groupes armés irresponsables appelés modérés, en violation de la trêve en Syrie, prouve que ces mouvements veulent la poursuite des actions militaires", a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian.

"Ils ne croient pas à une solution politique", a-t-il ajouté dans un communiqué relayé par l'agence Irna.

Vendredi, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait indiqué que le front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) et ses alliés s'étaient emparés à l'aube de Khan Toumane et de villages environnants. Les combats ont fait 119 morts parmi les combattants, 57 côté Al-Nosra et 62 côté forces prorégime.

Une trêve initiée par Moscou et Washington dans la ville d'Alep, censée expirer samedi à 01H01 locales a été prolongée jusqu'à mardi 00H01 (lundi 21H01 GMT), a annoncé Moscou, allié du régime de Bachar al-Assad.

an-stb/nbz