NOUVELLES
07/05/2016 07:34 EDT | Actualisé 08/05/2017 01:12 EDT

Le Barça pourrait être sacré dimanche

Avec deux matchs à disputer au championnat, le FC Barcelone pourrait obtenir le titre d'Espagne, dimanche, mais il lui faudra un concours de circonstances favorables.

L'équipe catalane fait la course au titre avec le Real Madrid et l'Atletico.

A prime abord, Barcelone (1er, 85 pts) reste le mieux placé pour conserver sa couronne de la Liga. Le club catalan devance l'Atletico (2e, 85 pts) à la différence de buts et compte un point d'avance sur le Real (3e, 84 pts).

Deux victoires lors des deux dernières journées lui assureraient donc le titre mais, par malchance, le Barça doit négocier dimanche avec un adversaire qui peut étonner, l'Espanyol Barcelone (14e) au Camp Nou.

Même si le club « perico » vient d'être racheté par un ambitieux groupe chinois, un monde sépare les deux équipes catalanes et le géant blaugrana a largement pris l'ascendant dans leurs confrontations ces dernières années.

Pourtant, lors de l'avant-dernière journée de 2006-2007, l'improbable s'était produit: l'attaquant de l'Espanyol Raul Tamudo avait inscrit un doublé au Camp Nou pour arracher un match nul 2-2 et priver le Barça du titre.

Cet épisode, connu en Espagne sous le nom de « Tamudazo » (le coup de Tamudo), reste un profond traumatisme pour le FC Barcelone.

« Je ne sais même pas quand cela s'est passé et cela ne m'intéresse pas du tout. La seule chose qui m'intéresse, c'est le match », a dédramatisé l'entraîneur Luis Enrique.

Le technicien a dit s'attendre à une guerre des nerfs dimanche, alors que le Barça peut être sacré s'il gagne, si l'Atletico perd au même moment et si le Real ne gagne pas.

« La clé de tout est dans la tête », a prévenu Enrique.

Les deux clubs madrilènes, eux, n'entendent sûrement pas lâcher prise. Revenus contre toute attente sur les talons du Barça, ils guettent un ultime faux pas du leader.

Et la perspective de disputer tous les deux la finale de la Ligue des champions le 28 mai à Milan peut donner un nouveau souffle à l'Atletico et au Real, malgré leur débauche d'énergie en milieu de semaine pour se qualifier.

Le club « colchonero » dispose a priori du match le plus facile dimanche avec un affrontement sur la pelouse de la lanterne rouge Levante, déjà mathématiquement reléguée.

« Tout le monde aime jouer ces moments-là où il y a beaucoup de tension pour le Championnat, pour la Ligue des champions », a commenté Antoine Griezmann, buteur mardi face au Bayern Munich (1-0, 1-2) pour expédier l'Atletico en finale de C1.

Quant au Real, tombeur de Manchester City mercredi (0-0, 1-0), il reçoit dimanche Valence (9e), une équipe qui n'a plus rien à craindre, ni à espérer.

Pour ce match, l'entraîneur merengue Zinédine Zidane a confirmé les forfaits de l'attaquant Gareth Bale (genou) et du gardien Keylor Navas (pied), touchés contre City. Mais il a annoncé le retour du Français Karim Benzema (cuisse).

Conforté par la perspective de disputer sa première finale européenne comme entraîneur, Zidane a réaffirmé samedi que la Liga était à portée du Real, même si son équipe doit espérer des faux-pas de ses deux concurrentes.

« J'y croirai jusqu'à la dernière seconde du dernier match », a-t-il lancé.