NOUVELLES
07/05/2016 13:12 EDT | Actualisé 08/05/2017 01:12 EDT

Canada: à Fort McMurray, les feux avancent toujours plus vite

Les feux gigantesques, hors de tout contrôle, poursuivaient leur infernale avancée à l'est de Fort McMurray au Canada samedi soir où les 25.000 personnes prises au piège des flammes depuis plusieurs jours plus au nord étaient en passe d'être évacuées pratiquement en totalité.

"Nous prévoyons toujours que ce feu double en taille en raison des températures élevés, des vents violents et de la faible humidité", a prévenu samedi Chad Morrisson, directeur du services des incendies de l'Alberta.

Le thermomètre approchait toujours les 30 degrés samedi et des vents de 40 km/h alimentait les flammes dans des forêts et des broussailles asséchées par deux mois sans pluie.

Seule "bonne nouvelle" au tableau, le front des feux "continue de s'éloigner" de Fort McMurray et des sites de production pétrolier vers le nord-est, a estimé Chad Morrisson, ne représentant pas de menace pour les populations mais provoquant des dommages graves à l'écosystème.

Un air plus frais et humide avec des chances de précipitations dans les prochains jours pourraient aussi contribuer à freiner ou calmer les feux. Mais, "nous avons besoin de fortes pluies, les averses ne suffisent pas", a-t-il ajouté.

"La situation reste imprévisible et dangereuse et c'est un feu énorme et dangereux hors de contrôle", a dit de son côté le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale.

En moins de 24 heures, 55 km2 de plus ont flambé, selon le dernier bilan du service des incendies, portant le total à 1.570 km2. Par comparaison, c'est l'équivalent de la superficie de Londres ou 15 fois celle de Paris qui a été réduit en cendres autour et dans la capitale du pétrole de l'Ouest canadien en Alberta.

La Première ministre de l'Alberta a par ailleurs prévu que tous les sinistrés encerclés par les feux à quelques dizaines de kilomètres au nord de Fort McMurray devaient avoir été évacués de la zone en fin de journée samedi après une journée difficile dans d'épais nuages de fumée

Coincées dans des bases de vie de compagnies pétrolières où elles avaient trouvé refuge quand la route du nord était la seule issue possible, la plupart des personnes réfugiées ont pu emprunter un couloir sécurisé le long de l'autoroute 63 pour traverser Fort McMurray. A bord de leurs véhicules --souvent tractant une énorme caravane et au milieu d'épaisses fumées--, ils ont rejoint Edmonton, la capitale de l'Alberta à 400 km.

- Une famille de cinq' -

Un peu moins de la moitié de ces 25.000 sinistrés ont été évacués par un pont aérien avec des avions des compagnies aériennes, les gros porteurs des forces armées mais aussi les appareils des compagnies aériennes locales.

A Fort McMurray, si les quartiers au sud-ouest et à l'ouest ont été largement dévastés, et une partie du secteur résidentiel au nord, les pompiers s'attachent à protéger les structures vitales comme les centres téléphoniques, la compagnie électrique ou les infrastructures gazières.

Le centre a été épargné et, cinq jours après l'ordre d'évacuation obligatoire, des habitants ont été découverts par la police dans son long travail de porte-à-porte réalisé au tiers.

Parfois, "nous trouvons des personnes à leur domicile, comme par exemple une famille de cinq", a déclaré l'inspecteur de police Kevin Kunetzki. "Une autre a été trouvée seule chez elle et a été évacuée" comme des sans-abri confiés aux services sociaux. Certains qui refusent de partir courent un risque "pour leur santé en raison de la quantité de fumée" enveloppant toujours la ville.

L'inquiétude grandit pour l'activité pétrolière, poumon économique de la province. D'autant qu'au nord de Fort Mc Murray, les feux se rapprochent dangereusement des mines de sables bitumineux.

"A l'évidence cela impacte les activités" des compagnies pétrolières et gazières dans la région, a avoué Rachel Notley assurant que "des efforts sont en cours pour protéger les sites".

La municipalité de Wood Buffalo a mis en alerte samedi en fin de journée les zones près des exploitations des compagnies Suncor et Syncrude en demandant à tous les travailleurs des bases de vie situées à 50 km au nord de Ford McMurray de se préparer à évacuer.

Plus tôt samedi avec l'aggravation de la situation, la société Syncrude avait fermé son site en raison des fumées, mais "sans danger imminent d'incendie", comme Suncor l'avait commencé vendredi pour une mine non loin, ou d'autres sociétés pétrolières ces derniers jours. Des avions gros porteurs C130 de l'armée ont été dépêchés pour évacuer les 4.800 employés de Syncrude.

mbr/abk