NOUVELLES
07/05/2016 05:05 EDT | Actualisé 08/05/2017 01:12 EDT

Bangladesh: assassinat d'un chef religieux soufi, les islamistes soupçonnés

Le corps tailladé d'un chef musulman soufi a été découvert dans le nord-ouest du Bangladesh, a annoncé samedi la police, qui n'a pas exclu la piste des islamistes, deux semaines après l'assassinat dans le même district d'un professeur revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI).

Le corps de Mohammad Shahidullah, 65 ans, disparu depuis vendredi matin lorsqu'il avait quitté son domicile, a été découvert dans la nuit de vendredi à samedi par des villageois dans une mare de sang dans un bosquet de manguiers à Rajshahi.

"Ce n'était pas un soufi renommé. Mais il est possible qu'il ait été tué par des militants islamistes", a déclaré à l'AFP le chef de la police du district de Rajshahi.

Le meurtre de ce maître soufi auto-proclamé est "similaire" à d'autres assassinats de membres de minorités religieuses commis par des assaillants armés de machettes ou de hachoirs, a relevé l'officier de police.

Abdur Razzak, un policier, a indiqué que le maître soufi avait de "nombreux adeptes dans un discrict voisin".

Le soufisme, courant mystique de l'islam qui compte de nombreux adeptes dans le Bangladesh rural, est considéré comme déviant par une grande partie de la majorité sunnite du pays.

Des dizaines de meurtres de blogueurs, d'intellectuels, d'étrangers et de membres de minorités religieuses, dont des soufis, des chiites, des hindous, ou des chrétiens, ont été attribués ces dernières années à des assaillants soupçonnés d'être des islamistes extrémistes.

Au cours des cinq dernières semaines, deux militants de la cause homosexuelle, un professeur, un militant athée et un tailleur hindou ont été sauvagement assassinés au Bangladesh. Le groupe Etat islamique et la branche locale d'Al-Qaïda ont revendiqué plusieurs de ces meurtres.

sa-erf/iw/mr/pjl