POLITIQUE
04/05/2016 03:17 EDT | Actualisé 05/05/2016 10:50 EDT

Justin Trudeau offre le soutien complet d'Ottawa à l'Alberta

L'aviation militaire canadienne se prépare à aller aider l'Alberta dont le nord est ravagé par des incendies de forêt.

Le premier ministre Justin Trudeau, après avoir offert, mercredi matin, toute l'aide nécessaire aux Albertains, a été avare de détails quant aux gestes concrets qu'Ottawa pose. Il a parlé d'une situation "active et en évolution" pour expliquer sa retenue.

"Nous avons alerté les Forces armées canadiennes qui sont en train de regarder la mobilisation de différents effectifs aériens pour pouvoir être là si le besoin se concrétise en Alberta", a dit M. Trudeau lors d'une conférence de presse, en début d'après-midi, mercredi.

Il a réitéré sa promesse aux habitants de Fort McMurray: Ottawa sera là, a-t-il dit, "maintenant et lorsque viendra le temps de reconstruire".

Mercredi matin, les élus du gouvernement étaient réunis en caucus. Dans un discours auquel la presse était invitée, le premier ministre Trudeau avait confié avoir reçu des appels des provinces d'un bout à l'autre du pays, qui voulaient offrir leur aide aux citoyens albertains pendant ce moment difficile.

Pendant ce temps, la leader du Parti vert, Elizabeth May, lie les feux de forêt en Alberta aux changements climatiques.

"C'est une terrible tragédie en ce moment. Et je pense que notre focus est toujours sur le moment présent, qui consiste à penser aux pompiers, aux premiers répondants, à ceux qui perdent leur maison. C'est un désastre. Mais c'est un désastre qui est très lié à la crise mondiale du climat", a soumis Mme May au cours d'une conférence de presse, mercredi matin.

Le premier ministre Trudeau a refusé de suivre Mme May dans ce raisonnement.

"Avec les changements climatiques, il va y avoir des événements extrêmes. (...) Mais tirer un lien direct entre n'importe quel feu ou inondation et les changements climatiques est un pas plus loin que ce qui est utile, qui ne sert pas nécessairement les conversations que nous devons avoir", a déclaré M. Trudeau.

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair n'a pas, non plus, repris l'hypothèse de Mme May.

"Aujourd'hui, la seule chose dont il faut parler c'est sauver les vies des personnes qui habitent à Fort McMurray. Ce n'est certainement pas le moment de commencer à attribuer un blâme", a-t-il lâché à sa sortie de la réunion de caucus hebdomadaire.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Feux de forêt à Fort McMurray (mai 2016) Voyez les images