POLITIQUE
04/05/2016 08:08 EDT | Actualisé 04/05/2016 08:42 EDT

Plus de sexe au volant? L'État n'a rien à faire dans les voitures automatisées de la nation, répond Marc Garneau (VIDÉO)

OTTAWA – Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, ne partage pas les inquiétudes de ses fonctionnaires dans le dossier des voitures dites « autonomes ».

« Je ne spéculerai pas sur ce que les gens vont faire dans l’auto », a répondu le ministre Garneau.

Des experts craignent que des conducteurs frivoles s’adonnent à des activités sexuelles et cessent de porter attention à la route pendant qu’ils sont sur le pilote automatique.

voiture autonome marc garneau

Plus de sexe dans les voitures autonomes? Le ministère craint que ce soit le cas.

« C'est une des nombreuses choses que les gens vont faire et qui vont les empêcher de réagir rapidement lorsque l'ordinateur va dire à l'humain : "Prenez le contrôle" », a déclaré Barrie Kirk, du Canadian Automated Vehicles Centre of Excellence.

Ce constat faisait partie des notes de breffage remises au nouveau ministre fédéral des Transports, l’automne dernier, obtenues par La Presse canadienne.

Mais Marc Garneau ne s’en fait pas trop pour ces considérations de sécurité. En fait, il pense que ce n’est pas au gouvernement d’empêcher ce genre de folies au volant.

Pour reprendre la célèbre citation de Pierre Elliot Trudeau - lorsqu’il était ministre de la Justice en 1967 - l’État n’a « rien à faire dans les voitures automatisées de notre nation », dit-il.

Projet-pilote en Ontario

Depuis le 1er janvier, l’Ontario fait l’essai des véhicules automatisés. Un projet-pilote d’envergure permettra aux entreprises de mener des recherches et d’effectuer des essais routiers.

Le gouvernement de Kathleen Wynne aurait déjà investi près de trois millions de dollars dans ce programme, rapporte La Presse.

Ces nouvelles technologies pourraient s’avérer utiles pour éviter des accidents de voiture causés par la distraction humaine ou encore pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les voitures autonomes peuvent circuler sans conducteur. Il est toutefois conseillé qu’un humain reste à bord du véhicule en cas de problème.

Ottawa pourrait emboîter le pas bientôt à Queen’s Park. Le ministre Marc Garneau a déjà demandé au Sénat de mener une étude sur ce nouveau mode de transport.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les 7 voitures que les acheteurs regrettent le plus Voyez les images