NOUVELLES
02/05/2016 02:01 EDT | Actualisé 03/05/2017 01:12 EDT

Transat anglaise - Météo correcte attendue pour le départ

Les conditions météo devraient être correctes lundi après-midi à Plymouth (sud-ouest de l'Angleterre) pour le départ de la Transat anglaise, course en solitaire de 3.050 milles (5.650 km) en direction de New York.

Les 25 concurrents partiront à 14h30 locales (13h30 GMT) dans un vent qui devrait être de secteur ouest/nord-ouest de 12 à 15 noeuds. Le crachin qui a noyé la région de Plymouth dimanche devrait se lever.

Le départ sera donné au large du brise-lames qui barre l'immense baie.

Marée oblige, les premiers voiliers -la plupart des monocoques Class40 (12,19 m) et Imoca (18,28 m)- ont quitté Sutton Harbour dans la nuit de dimanche à lundi pour passer les écluses et se mettre au mouillage à l'extérieur.

Le calme est revenu dans le port anglais, où l'on n'a sans doute jamais autant parlé français. L'écrasante majorité des concurrents (20) sont français et la flotte ne compte que 2 Britanniques, 2 Allemands (dont la Franco-Allemande Isabelle Joschke) et 1 Japonais.

C'est de Plymouth que sont parties les 13 précédentes éditions de cette course, matrice de toutes les transats et qui a été marquée par les victoires historiques d'Eric Tabarly en 1964 et 1976.

Les derniers fichiers météo ont été analysés avec attention par les skippers lundi matin et chacun gardait secrète la route qu'il choisira au cours des prochaines heures.

L'option nord reste cependant la plus probable pour la majorité de la flotte. L'anticyclone des Açores se délitant sur place mardi et celui des Bermudes venant le remplacer en arrivant par l'ouest, la route des alizés (sud) est fermée et celle des Açores (médiane) trop peu ventée.

Certains concurrents pourraient être tentés par la route loxodromique (à cap constant), pas parce qu'elle est plus rapide mais parce qu'elle évite largement les vents soutenus des trois dépressions programmées jusqu'aux bancs de Terre-Neuve.

Tous les routages indiquent qu'il faudra d'abord faire du nord pour négocier au mieux la première perturbation atlantique attendue dès mardi soir pour les Ultimes, les trois maxi-trimarans (30 m environ) de la course.

heg/jcp