NOUVELLES
02/05/2016 05:46 EDT | Actualisé 03/05/2017 01:12 EDT

Transat anglaise - Bye bye l'Angleterre, Cap sur New York!

Cap sur New York! Une flotte de 25 skippers, dont 2 femmes, a quitté Plymouth (sud-ouest de l'Angleterre) lundi après-midi en direction de The Big Apple, terme d'une régate océanique en solo de 3.050 milles (5.650 km).

Les concurrents sont répartis en 4 classes: 3 Ultimes (maxi-trimarans de 30 m environ), 5 Multi50 (trimarans de 15,24 m), 6 Imoca (monocoques de 18,28 m) et 10 Class40 (monocoques de 12,19 m).

Plus un "intrus", Pen Duick II, le ketch noir de 13,60 m avec lequel Eric Tabarly s'était imposé dans la 2e édition de l'épreuve en 1964 et qui sera mené cette fois-ci par Loïck Peyron, trois fois vainqueur en 1992, 1996 et 2008.

Cette course, dont la dernière édition a eu lieu en 2008, est une légende, la matrice de toutes les courses océaniques en solitaire. La victoire de Tabarly en 1964 (il a également gagné en 1976) a été un élément fondateur pour toute la voile française, non seulement pour les skippers mais aussi pour les architectes navals, les chantiers... et les sponsors.

Les 25 concurrents de cette 14e édition sont partis comme prévu à 14h30 locales (15h30 heure française) dans un vent d'ouest d'une dizaine de noeuds, sous un ciel qui s'est progressivement dégagé. Le départ a été donné au large du brise-lames qui barre l'immense baie.

Marée oblige, les premiers voiliers -la plupart des monocoques Class40 et Imoca- avaient quitté Sutton Harbour dans la nuit de dimanche à lundi pour passer les écluses et se mettre au mouillage à l'extérieur.

Le calme est revenu dans le port anglais, où l'on n'a sans doute jamais autant parlé français. L'écrasante majorité des concurrents sont français (20) et la flotte ne compte que 2 Britanniques, 2 Allemands (dont la Franco-Allemande Isabelle Joschke) et 1 Japonais.

Les premiers bateaux -vraisemblablement les Ultimes, plus grands et plus rapides- sont attendus dans une semaine à New York. Le record de l'épreuve -8 j 08 h 29 min- a été établi en 2004 par le Français Michel Desjoyeaux.

heg/cto