NOUVELLES
02/05/2016 17:10 EDT | Actualisé 03/05/2017 01:12 EDT

"Panama Papers": un juge argentin demande des informations sur Macri au Panama et aux Bahamas

Un juge argentin a envoyé des commissions rogatoires au Panama et aux Bahamas afin de savoir si le président Mauricio Macri avait des parts dans deux sociétés basées dans ces paradis fiscaux dont l'existence a été révélée par les "Panama Papers".

Le magistrat Sebastian Casanello veut savoir "si Mauricio Macri apparaît ou est apparu comme actionnaire" des entreprises Fleg Trading Ltd et Kagemusha SA et si ses sociétés ont enregistré des "comptes bancaires à son nom", a indiqué une source judiciaire.

Selon l'enquête des "Panama Papers", le nom de M. Macri apparaît dans deux sociétés offshore: Fleg Trading Ltd, aux Bahamas, qui a existé de 1998 à 2008, et Kagemusha SA, au Panama, créée en 1981.

Le juge cherche à déterminer si M. Macri peut être reconnu coupable "d'omission illicite" d'éléments dans sa déclaration de patrimoine, un délit passible de deux ans d'emprisonnement.

Dès les révélations des "Panama Papers", le président de centre-droit, élu en novembre dernier, avait réagi en disant qu'il n'avait eu aucune participation dans ces entreprises, raison pour laquelle il ne les avait pas mentionnées dans sa déclaration de patrimoine.

Outre le nom de M. Macri, ceux de membres de la famille du secrétaire général de la présidence argentine, Fernando Andreis, et celui de Nestor Grindetti, responsable des finances municipales de Buenos Aires lorsque M. Macri en était maire, apparaissent dans les documents révélés par les "Panama Papers".

Ces millions de documents issus du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca et dévoilés début avril par une centaine de médias ont mis au jour un vaste scandale mondial d'évasion fiscale.

Les révélations des "Panama Papers" ont provoqué l'ouverture de nombreuses enquêtes et conduit le Premier ministre islandais et un ministre espagnol à la démission.

ls/dm/jb/tll/plh