NOUVELLES
02/05/2016 12:19 EDT | Actualisé 03/05/2017 01:12 EDT

La France et le Japon défendent croissance et flexibilité budgétaire en vue du G7

Le président français François Hollande et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont plaidé lundi à Paris en faveur de politiques budgétaires "flexibles" accompagnées de "réformes structurelles" pour relancer la croissance, et comptent porter ce message lors du prochain G7 organisé fin mai au Japon.

La croissance est "repartie en Europe mais encore à un rythme insuffisant" et elle donne au niveau mondial "des signes contradictoires", a souligné M. Hollande à l'issue d'un entretien avec le chef du gouvernement japonais.

"Donc nous devons, dans ce contexte, exprimer à la fois notre confiance dans l'économie mondiale mais aussi marquer un soutien à l'investissement sous différentes formes", a-t-il plaidé.

Selon le président français, il faut passer pour cela "d'abord par des politiques budgétaires qui doivent être flexibles tout en assurant la bonne gestion des finances publiques", "des politiques monétaires qui doivent être accommodantes, comme c'est le cas pour la banque du Japon et pour la Banque centrale européenne" et enfin "des réformes structurelles qui doivent faire en sorte d'améliorer encore notre compétitivité".

Sur la même longueur d'onde, Shinzo Abe, a estimé que le G7 devrait donner lieu à un "message clair de soutien à l'économie mondiale à travers des règles budgétaires flexibles tout en continuant les réformes structurelles".

Le Premier ministre Japonais a entamé lundi à Rome puis Paris, une tournée européenne pour préparer la réunion, les 26 et 27 mai dans son pays, des sept pays industriels les plus avancés (Japon, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Canada). La Russie a été suspendue de ce groupe en raison de la crise ukrainienne.

swi/ger