Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Démission de PKP: le téléphone de Jean-Martin Aussant va sonner, selon le chroniqueur politique Michel David (VIDÉO)

Il n'y a pas de doute, le téléphone de Jean-Martin Aussant doit déjà sonner. C'est du moins ce que pense le chroniqueur politique Michel David, qui a réagi à la démission-surprise du chef péquiste Pierre Karl Péladeauquelques minutes après l'annonce, lundi.

«Il y a des gens qui vont penser à M. Aussant, ça c'est clair», a analysé le chroniqueur du quotidien Le Devoir, en entrevue avec le Huffington Post Québec. Il rappelle que l'ex-chef d'Option nationale a cependant quitté la vie politique pour s'occuper de sa famille, donc difficile de savoir s'il est déjà prêt à se relancer dans l'arène.

Après son retour au Québec, en juillet dernier, Jean-Martin Aussant avait démenti les rumeurs selon lesquelles il envisageait un retour rapide, mais avait laissé une certaine porte ouverte quant à l'avenir, ne se disant pas prêt à faire une croix définitive sur sa carrière politique. Depuis août 2015, M. Aussant est à la tête du Chantier de l'économie sociale, à titre de directeur général.

Départ de PKP: une vraie surprise

Très surpris par le départ soudain de M. Péladeau, Michel David avoue ne pas avoir eu d'indices qu'un tel départ se produirait. «Écoutez il a remanié son cabinet la semaine dernière, normalement ce n'est pas le genre de chose qu'on fait quand on est sur le point de partir», a-t-il fait remarquer.

Le discours empreint d'émotions du chef péquiste laissait aussi supposer que la réflexion ne date pas de plusieurs semaines, a poursuivi l'analyste. «Je crois que tout d'un coup, M. Péladeau s'est retrouvé devant un choix existentiel, et on ne peut absolument pas lui reprocher de vouloir s'occuper de ses enfants.»

En attendant de connaître le visage du nouveau ou de la nouvelle chef du Parti québécois, François Legault et son parti «devront remplir le vide laissé par PKP», a ajouté Michel David. Car, à ses yeux, un parti sans chef «ce n'est pas aussi performant».

INOLTRE SU HUFFPOST

7 bourdes de PKP en politique

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.