Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Trudeau a « hâte d'investir » dans le train léger de Montréal

Le projet de système léger sur rail (SLR) de Montréal est « le genre de projet dans lequel nous avons hâte d'investir » a déclaré le premier ministre du Canada, samedi.

« Nous avons hâte de travailler avec la Caisse [de dépôt et placement] pour regarder comment le gouvernement fédéral peut être un bon partenaire dans ce grand projet très positif pour les Montréalais », a indiqué Justin Trudeau en point de presse à Montréal.

Les coûts de construction du projet annoncé lundi sont estimés à 5,5 milliards de dollars. La Caisse entend investir 3 milliards et espère que le reste viendra des gouvernements du Canada et du Québec.

Le chef libéral s'exprimait à la suite d'une allocution au congrès de l'aile québécoise du Parti libéral du Canada. Il en a profité pour vanter la place du Québec au sein de son Cabinet.

« Le Québec est de retour à Ottawa! », a-t-il lancé aux délégués, en rappelant l'élection de 40 députés libéraux au Québec et la présence de nombreux ministres fédéraux originaires de la Belle Province.

« Pas besoin de lieutenant québécois »

Toutefois, Justin Trudeau n'adhère pas à l'idée de nommer un lieutenant québécois pour mieux faire avancer les dossiers de la province, comme celui d'une aide fédérale à Bombardier.

« On a des voix extrêmement fortes au sein du Cabinet », a-t-il insisté. « Il n'y a aucun ministre attitré à une région ou province. Nous avons préféré mettre de l'avant l'ensemble des voix au Cabinet pour parler de leurs préoccupations. »

M. Trudeau n'a pas indiqué si son gouvernement souhaitait des changements dans la gouvernance de Bombardier, en échange d'une aide fédérale. « Nous continuons de négocier avec Bombardier pour avoir un plan d'affaires solide », a-t-il simplement dit, en qualifiant de « bonne nouvelle » l'achat d'avions C Series par le transporteur Delta.

Le secrétaire parlementaire du ministre des Finances souligne que « les gens s'attendent à ce qu'on fasse une diligence raisonnable » si le gouvernement investit des deniers publics. « Oui, la structure de capital, c'est vraiment un élément dans la diligence qu'on fait », a indiqué le député François-Philippe Champagne.

Pour une structure simplifiée au PLC

D'autre part, M. Trudeau a aussi plaidé, durant son allocution, pour son projet de nouvelle constitution du parti, qui sera soumis au vote fin mai, en congrès annuel à Winnipeg. Il souhaite simplifier la structure du PLC, régi par 18 constitutions différentes. « C'est lourd, complexe, et cela, trop souvent, ralentit notre travail », a-t-il estimé.

Avec la nouvelle structure, M. Trudeau espère valoriser « la différence ainsi que les particularités des régions et des associations de circonscription », en plus de faire en sorte que le Québec soit mieux entendu.

« Je veux que peu importe leur revenu, les Canadiens soient en mesure de s'inscrire comme libéraux [...] Je veux un parti auquel on participe gratuitement », a-t-il ajouté.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.