NOUVELLES
30/04/2016 08:37 EDT | Actualisé 30/04/2016 08:37 EDT

Salaire minimum à 15 $: la FCEI n'est pas en faveur

Jupiterimages via Getty Images
Waitress cleaning table

MONTRÉAL - À l'aube de la Journée internationale des travailleurs, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) ne croit pas qu'une hausse du salaire minimum à 15 dollars l'heure serait souhaitable et bénéfique pour les travailleurs à faible revenu et pour l'économie du Québec.

La vice-présidente principale de la Fédération, Martine Hébert, convient qu'il faut mieux soutenir les travailleurs à faible revenu, mais selon elle, il y a des moyens plus appropriés pour y parvenir que d'augmenter considérablement le salaire minimum.

Mme Hébert soutient qu'une telle hausse "rapide et marquée" aurait des conséquences importantes sur les petites entreprises et ne serait pas aussi optimale pour les travailleurs visés qu'une aide fiscale directe, par exemple.

Selon elle, augmenter l'exemption personnelle de base des travailleurs visés leur serait beaucoup plus profitable financièrement.

Martine Hébert affirme que hausser le salaire minimum à 15 dollars, comme l'exigent des syndicats et Québec solidaire, pourrait s'avérer dommageable pour l'économie et l'emploi, créant notamment une forte pression sur les coûts de main-doeuvre dans les petites entreprises.

Elle soutient qu'en augmentant de 40 pour cent le salaire de leurs employés moins expérimentés, il va de soi que pour maintenir l'équité entre leurs travailleurs, les propriétaires d'entreprise auraient de la pression pour accorder le même traitement à leurs employés cumulant davantage d'expérience ou occupant des emplois plus qualifiés. Dans la réalité, ajoute-t-elle, la majorité des petites entreprises ne pourraient absorber sans conséquences de telles hausses de leurs coûts d'opération.

Par ailleurs, selon Martine Hébert, une hausse de l'exemption personnelle de base permettrait à la société de maintenir la création d'emplois, de stimuler l'économie et de mieux soutenir les personnes à faible revenu, tout en préservant la viabilité des petites entreprises.

VOIR AUSSI :