NOUVELLES
30/04/2016 16:43 EDT | Actualisé 01/05/2017 01:12 EDT

Des manifestations éclipsent le congrès d'un parti allemand hostile à l'islam

BERLIN — Le congrès national d'un parti populiste allemand a été éclipsé, samedi, par des affrontements entre des militants de gauche et la police, qui a détenu temporairement plus de 400 manifestants à Stuttgart, dans le sud du pays.

Des manifestants criaient «Les réfugiés peuvent rester, les nazis doivent s'en aller!», alors que quelque 2000 membres du parti de l'Alternative pour l'Allemagne arrivaient au centre où se tenait le congrès, samedi matin.

Les manifestants ont aussi bloqué temporairement une voie rapide à proximité et brûlé des pneus sur une autre route menant au centre de congrès. Quelque 1000 policiers étaient sur les lieux pour tenter d'éviter des affrontements violents entre des membres du parti nationaliste et des militants de gauche.

Dans le cadre du congrès, les leaders du parti ont cherché à minimiser les divergences sur l'orientation idéologique de la formation — en particulier, ses liens étroits contestés avec le parti d'extrême-droite NPD ou le mouvement PEGIDA, qui a organisé des rassemblements quotidiens contre les musulmans à travers l'Allemagne.

Le parti nationaliste, aussi connu sous son acronyme AfD, a gagné en popularité et en influence politique alors qu'il fait campagne sur un programme hostile à l'islam.

La formation prône également des vérifications beaucoup plus serrées pour les demandeurs d'asile et a fait face à des critiques pour ses commentaires, notamment une entrevue dans laquelle la chef de parti Frauke Petry a laissé entendre que la police pourrait tirer sur les réfugiés tentant d'entrer en Allemagne. D'autres figures importantes de l'AfD ont appelé à une interdiction des minarets et des muezzins en Allemagne.

En fin de semaine, les membres du parti, né il y a trois ans, prévoyaient l'approbation après des débats d'un programme officiel qui devrait inclure la déclaration que l'«islam n'a pas sa place en Allemagne», a indiqué l'agence de nouvelles dpa.

L'Allemagne a vu plus d'un million de demandeurs d'asile entrer au pays l'an dernier, plusieurs d'entre eux provenant de la Syrie.