Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une vingtaine de personnes sont arrêtées lors d'un rassemblement de Trump (VIDÉO)

Plusieurs centaines de manifestants contre Donald Trump se sont rassemblés, vendredi, à l'extérieur d'un hôtel californien où le controversé candidat a pris la parole devant les dirigeants du Parti républicain dans l'État pour faire valoir sa candidature en vue de l'élection présidentielle.

Des échauffourées ont éclaté devant l'hôtel de Burlingame avant l'arrivée de M. Trump. Des manifestants sont parvenus à franchir les barricades qui avaient été érigées pour protéger l'établissement, tandis que des policiers antiémeute montaient la garde.

La foule scandait des slogans anti-Trump _ une scène qui ressemblait beaucoup à celle de la veille dans le sud de la Californie, qui a donné lieu à une vingtaine d'arrestations.

Donald Trump a toutefois pu franchir la porte de l'hôtel en étant escorté par des agents de sécurité. À son entrée, M. Trump a blagué en disant qu'il se sentait "comme s'il avait traversé une frontière".

Le milliardaire devenu politicien a fait un discours d'une trentaine de minutes dans la salle de réception de l'hôtel de la ville située près de San Francisco. M. Trump parle rarement devant les dirigeants du parti, mais la Californie est un État très rentable dans la course aux primaires; 172 délégués républicains seront en jeu à l'élection qui se tiendra le 7 juin.

M. Trump a appelé le parti à s'unifier derrière lui, mais il a également lancé une menace à peine voilée à ses dirigeants.

"Il faut qu'il y ait de l'unité dans notre parti. Est-ce que je gagnerais _ pourrais-je gagner sans lui (le parti)? Je crois, parce qu'ils vont tous voter pour moi", a-t-il prévenu, faisant référence

à une éventuelle candidature indépendante à la présidence si jamais les républicains choisissaient un autre candidat que M. Trump.

Les partisans du meneur de la course républicaine étaient nombreux dans la salle et ils ont applaudi chaudement leur candidat. M. Trump semble toutefois avoir reçu un accueil glacial de la part des vétérans et des donateurs du parti.

Le gouverneur John Kasich devait livrer un discours devant les républicains californiens vendredi soir, alors que le sénateur Ted Cruz et sa colistière, Carly Fiorina, seront présents samedi.

L'élection primaire en Californie a lieu généralement lorsque les représentants de chaque parti sont déjà choisis. Mais cette fois-ci, l'élection pourrait contribuer à couronner M. Trump comme candidat à l'investiture républicaine _ ou forcer la tenue d'une convention négociée, en juillet.

Les deux autres candidats républicains tentent de galvaniser leurs troupes et de ratisser chez les indécis afin d'empêcher M. Trump de remporter l'investiture avant la convention.

Les esprits se sont d'ailleurs échauffés, jeudi soir, entre des partisans et des détracteurs de Donald Trump, qui se sont affrontés en marge d'un rassemblement dans le sud de la Californie.

Des dizaines de personnes ont manifesté pacifiquement pendant que M. Trump prononçait un discours à l'intérieur du Pacific Amphitheatre.

Le ton a toutefois commencé à monter quand les partisans de M. Trump sont sortis de l'aréna après l'événement. Les policiers de la ville de Costa Mesa ont procédé à une vingtaine d'arrestations et un partisan de M. Trump qui tentait de s'enfuir a eu le visage ensanglanté lors d'une altercation. Au moins deux voitures de police ont été vandalisées.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.