NOUVELLES
28/04/2016 11:09 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Pas de blocs Lego à Ai Weiwei : l'entreprise admet son erreur

La décision de Lego de refuser la commande de blocs de l'artiste chinois Ai Weiwei l'an dernier était une « erreur », a admis la compagnie danoise.

Kirk Kristiansen, le vice-président de Lego, a déclaré au Wall Street Journal qu'un employé a mal interprété la politique de l'entreprise sur la neutralité politique.

La décision aurait été prise par un employé « provenant de la base du département de service aux consommateurs » et que le conseil d'administration de Lego n'a pas pris part à cette décision.

L'automne dernier, l'artiste Ai Weiwei, dont les œuvres sont souvent critiques envers les autorités chinoises, avait affirmé que Lego avait refusé la commande d'une grande quantité de blocs par une galerie d'art australienne.

L'artiste désirait construire une nouvelle œuvre sur le thème de la liberté d'expression. Il soutient que la commande a été refusée parce que son projet d'exposition était trop politique.

En soutien envers Ai Weiwei, des galeries d'art du monde entier avaient réuni des blocs Lego pour lui.

En fin de compte, l'artiste avait réalisé une nouvelle série d'œuvres d'art basée sur l'incident; il critiquait ainsi la liberté d'expression et l'art politique.

Pour Ai Weiwei, cette volte-face de Lego est une « victoire pour la liberté d'expression ».

En janvier dernier, Lego a décidé de cesser de demander aux clients qui commandent des briques en vrac ce qu'ils voulaient faire avec elles.

Lego demande à ses clients de préciser que la firme ne cautionne pas les œuvres présentées en public.