NOUVELLES
28/04/2016 08:19 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Législatives serbes: report de l'annonce officielle en raison de litiges

L'annonce officielle des résultats des législatives en Serbie, prévue jeudi, a été repoussée en raison de litiges entre le parti victorieux du Premier ministre Aleksandar Vucic et l'opposition sur le comptage des suffrages dans plusieurs bureaux de vote.

La commission électorale a annoncé dans la nuit que les électeurs inscrits dans quinze bureaux (sur plus de 8.000, soit 0,25% des électeurs) allaient revoter. D'autres bureaux doivent encore être examinés jeudi. Ce vote se fera "très probablement" le 4 mai, selon l'agence Tanjug.

L'opposition, mais aussi le parti victorieux (Parti du progrès, SNS, centre droit), ont dénoncé des irrégularités.

Le SNS semble vouloir contester la présence au parlement de deux groupes qui ont atteint de justesse les 5% nécessaires pour entrer au parlement: une coalition libérale menée par l'ancien président Boris Tadic et une coalition eurosceptique et prorusse, DSS-Dveri.

Le SNS et ses partis satellites ont remporté 48,25%, loin devant une opposition éclatée. Aleksandar Vucic réclamait aux électeurs un mandat pour poursuivre librement ses négociations d'adhésion avec l'Union européenne.

Mais paradoxalement, il devrait voir le nombre de ses députés diminuer (131 contre 158), puisque sept partis semblent devoir se partager les 250 sièges contre quatre auparavant.

"Le SNS ne semble pas hésiter à abuser (de son pouvoir) pour cacher le fait qu'il a remporté 27 sièges de moins", a dénoncé dans un communiqué le Parti démocratique.

Dans un autre communiqué conjoint, quatre groupes d'opposition qui ont remporté des sièges au parlement ont affirmé avoir recueilli des "preuves" sur d'"énormes irrégularités et des fraudes électorales sérieuses".

La coalition DSS-Dveri a menacé d'organiser des manifestations si elle venait à être exclue du parlement.

Aleksandar Vucic accuse l'opposition d'avoir exercé des pressions "sans précédent" sur la commission électorale (RIK) pour entrer au parlement. "Je ne dis pas qu'il y a eu une modification de la volonté des citoyens, mais j'attends que les suffrages soient comptés honnêtement", a-t-il dit au quotidien Bilic de jeudi.

Selon le dépouillement de la quasi-totalité des votes, le SNS devance largement son actuel allié du gouvernement, les socialistes (SPS, centre gauche) 11,01%, l'extrême droite de Vojislav Seselj (SRS) 8,05%, le Parti démocratique (DS, centre) 6,05%, et les libéraux de "Dosta je bilo" (Ca suffit) 5,99%.

Lundi, les observateurs internationaux, ont indiqué n'avoir "reçu aucune information sur des fraudes de grande envergure".

Tout en estimant que les électeurs avaient "fait leur choix librement", le chef de leur délégation Volodymyr Ariev, avait toutefois évoqué "l'abus par les sortants des avantages administratifs" offerts par leur statut, une "couverture médiatique favorable aux partis au pouvoir" et "un manque de transparence dans le financement" politique.

ng-ks-rus/rap