NOUVELLES
28/04/2016 08:06 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

La France et le Nigeria renforcent leur coopération militaire

La France et le Nigeria ont signé jeudi une feuille de route sur leur coopération militaire, notamment en matière de renseignement, afin de renforcer la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram dans la région du lac Tchad.

"Il y a deux préoccupations majeures dans les engagements que nous avons pris : il s'agit d'abord d'un combat commun contre le terrorisme et singulièrement contre Boko Haram", a déclaré le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian en visite à Abuja, capitale du Nigeria.

"Le deuxième sujet déterminant dans notre coopération, c'est la lutte contre l'insécurité maritime" dans le golfe de Guinée, notamment la piraterie, un enjeu sécuritaire et commercial majeur pour les pays de la région, a-t-il ajouté.

Son homologue nigérian, Mansour Dan Ali, s'est félicité de ce "partenariat croissant" entre les deux pays, initié au sommet de l'Elysée en décembre 2014 et qui se traduit notamment par l'échange de renseignement militaire sur Boko Haram.

La France fournit au Nigeria des images satellite ou prises par des chasseurs Rafale basés à N'Djamena qui survolent la zone du lac Tchad où sévit Boko Haram, au confluent de quatre pays (Tchad, Cameroun et Nigeria et Niger).

"La France a une grande influence sur tous les pays" francophones de la région, autant de voisins avec lesquels le Nigeria entend "renforcer sa coopération", a également souligné Mansour Dan Ali.

Les deux ministres ont signé une lettre d'intention traçant les grandes lignes de la coopération militaire bilatérale, après avoir présidé un haut comité de défense conjoint créé lors d'une visite du président Muhammadu Buhari à Paris en septembre 2015.

Ce comité anticipait aussi un sommet sur la sécurité régionale, prévu le 14 mai à Abuja, auquel participeront le président français François Hollande, ainsi que des représentants des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

Les deux armées ont aussi signé un "document de coopération opérationnelle" détaillant 28 actions à mener d'ici la fin 2016, de la formation (lutte contre les engins explosifs artisanaux, sauvetage au combat...) aux exercices militaires transfrontaliers et maritimes conjoints avec les pays voisins.

vl/dom