NOUVELLES
28/04/2016 00:04 EDT | Actualisé 28/04/2017 01:12 EDT

France: artistes intermittents et employeurs trouvent un accord sur l'indemnisation du chômage

Un accord a été trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi par les organisations de salariés et d'employeurs du spectacle sur le régime d'assurance chômage spécifique aux intermittents, à l'origine d'un mouvement d'occupations de théâtres à Paris et en province depuis lundi.

La CGT spectacle, principal syndicats des artistes et techniciens, estime que cet accord "comporte des avancées importantes" et se prononcera jeudi sur sa signature.

"L'accord tel qu'il est, à mon avis, il est bon, il est viable, il est équitable", a estimé à la radio France Inter Olivier Py, metteur en scène et directeur du festival d'Avignon - l'une des plus importantes manifestations théâtrales d'Europe, dont l'édition de cette année est menacée par le mouvement des intermittents.

Selon une source patronale, "l'accord prévoit une hausse des cotisations patronales et aussi un effort côté salariés".

L'accord intervient après plusieurs semaines d'âpres négociations. Remontant aux années 1930, le régime des artistes et techniciens du spectacle, le plus favorable d'Europe, est justifié par le caractère discontinu de leur activité professionnelle mais il est régulièrement critiqué pour son coût et accuse un déficit chronique.

"Le but des intermittents c'était de faire baisser le plafond, que ceux qui gagnent le plus puissent faire bénéficier ceux qui gagnent le moins", a expliqué Olivier Py, soulignant que les intermittents sont "des gens qui survivent, pas du tout des privilégiés".

"On a absolument besoin d'eux car c'est le lumpenproletariat de l'économie de la culture qui rapporte beaucoup en France", a-t-il estimé, affirmant qu'à Avignon "une personne sur quatre vit du festival".

Tout n'est cependant pas encore réglé, car l'Unedic, l'organe paritaire interprofessionnel gérant l'assurance chômage, doit encore le ratifier.

Les intermittents avaient poursuivi mercredi soir leur mouvement de protestation en occupant des théâtres.

A Paris le théâtre de l'Odéon, occupé depuis dimanche soir, a dû annuler pour la seconde soirée consécutive la représentation de "Phèdre(s)" avec Isabelle Huppert. De son côté, la Comédie-Française a annulé la représentation de "Roméo et Juliette". Des gendarmes mobiles étaient stationnés autour du théâtre depuis mardi soir.

jfg-fio/sma/nou/jh