NOUVELLES
28/04/2016 16:14 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Du changement à prévoir chez les Ducks après une élimination prématurée

ANAHEIM, Calif. — Les Ducks d'Anaheim ont amorcé la saison en traînant dans les bas-fonds du classement.

Malgré une excellente deuxième moitié de saison, leur élimination après une défaite dans le match ultime de leur série de premier tour leur aura donné l'impression d'être revenus à la case départ.

La talentueuse équipe a passé trop de temps à se sortir d'ennuis et les Predators de Nashville en ont profité en ouverture des séries. Et le temps est peut-être venu de changer le noyau de l'équipe.

Le capitaine des Ducks Ryan Getzlaf a reconnu le motif après la défaite de 2-1 des Ducks devant leurs partisans, mercredi soir.

«Nous avons dû combler un déficit pendant tout le match, toute la série, toute l'année, a dit Getzlaf. Ça nous a finalement fait mal.»

Avant le dernier échec, on pouvait retenir beaucoup d'éléments positifs de la cinquième saison de l'entraîneur Bruce Boudreau à la tête des Ducks.

Ils ont gagné un quatrième titre de la section Pacifique d'affilée grâce à une deuxième moitié de saison spectaculaire, compilant un dossier de 34-10-5 après la pause de Noël. Ils ont terminé au premier rang du circuit pour l'efficacité en avantage numérique et en désavantage numérique, et les gardiens Frederik Andersen et John Gibson ont gagné le premier trophée Jennings de l'histoire de l'équipe en tant que meilleure défensive du circuit.

Mais le succès dans la LNH est défini par les résultats en séries éliminatoires, et les Ducks ont finalement été éliminés en échappant le match no 7 devant leurs partisans pour une quatrième campagne de suite.

«Je pensais vraiment que nous allions gagner, a dit l'attaquant des Ducks Andrew Cogliano. Je pensais que nous avions les éléments pour continuer notre parcours. Nous étions dans un bon état d'esprit. L'ambiance était différente des autres années, mais nous n'avons pas marqué suffisamment de buts.»

Le directeur général Bob Murray a fait preuve de patience en ne faisant pas le ménage au sein du personnel d'entraîneurs et en ne faisant pas de transactions majeures même si les Ducks ont amorcé la saison avec un dossier de 1-7-2. Son équipe l'a récompensé en renversant la vapeur.

Mais la patience de Murray sera à nouveau testée cet été.

Boudreau a gagné huit titres de section en neuf saisons à la tête des Capitals de Washington et des Ducks, mais ses équipes n'ont jamais atteint la finale de la Coupe Stanley. Il reconnaît lui-même qu'il s'agit d'une tache à son dossier.

«Je vais continuer de venir au travail à chaque jour jusqu'à ce qu'on me dise de ne pas venir, a déclaré Boudreau. Les séries, ce n'est pas quelque chose de facile. Il y a 16 bonnes équipes, particulièrement dans l'Ouest. Chacune des huit équipes peut prétendre aux grands honneurs.»

Le problème principal de Boudreau a été la production des meilleurs éléments des Ducks face aux Predators.

Corey Perry et Jakob Silfverberg n'ont pas touché la cible lors de la série de sept parties. Getzlaf et Ryan Kesler n'ont pas généré de buts à forces égales de la part de leur trio lors des deux derniers matchs.

Mais ces quatre vétérans sont sous contrat à long terme. Si Murray veut faire des changements, ce sera beaucoup plus facile de montrer la porte à Boudreau que de changer le noyau de joueurs.

Les décisions seront aussi difficiles du côté des joueurs autonomes avec compensation. Andersen, les attaquants Rickard Rakell et Brandon Pirri, ainsi que les défenseurs Hampus Lindholm et Sami Vatanen doivent tous signer de nouvelles ententes. Les Ducks pourraient aussi perdre les services de David Perron et Jamie McGinn, qui peuvent devenir joueurs autonomes sans compensation.

Il serait étonnant que les Ducks soient en mesure de conserver tout ce talent. Andersen est une étoile, mais Gibson est déjà sous contrat pour trois autres campagnes et le gardien danois pourrait donc servir de monnaie d'échange — tout comme Vatanen, un défenseur offensif.

Murray aura plus de temps qu'anticipé pour prendre des décisions.

«Je n'ai pas l'impression que notre saison devrait déjà être terminée, a dit Kesler. J'ai l'impression que nous aurions dû poursuivre notre route.»