NOUVELLES
28/04/2016 04:29 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Des frappes aériennes font des dizaines de morts à Alep, dans le nord de la Syrie

BEYROUTH — Des dizaines de personnes ont perdu la vie lors de frappes aériennes survenues au cours des dernières heures à Alep, dans le nord de la Syrie, notamment lorsqu'un hôpital appuyé par Médecins sans frontières (MSF) a été bombardé.

Au moins six employés de l'hôpital, dont un des derniers pédiatres de la région, et trois enfants ont été tués quand l'hôpital de campagne bien connu al-Quds a été attaqué un peu avant minuit dans le quartier rebelle de Sukkari, selon des militants et des secouristes.

Plusieurs édifices ont été endommagés et un immeuble résidentiel se serait effondré. Le bilan de ces frappes s'élève pour le moment à 27 morts, mais un groupe humanitaire local affirme que plusieurs victimes sont toujours prisonnières des décombres. Des images mises en ligne par ce groupe montrent plusieurs corps inanimés, dont ceux d'enfants, retirés d'un immeuble et placés à bord d'ambulances.

Des secouristes tentent aussi désespérément d'éloigner les curieux des lieux, possiblement par crainte d'autres frappes aériennes.

MSF a dit dans un courriel transmis à l'Associated Press que 14 patients et employés comptent parmi les victimes et avertit que le bilan risque de s'alourdir.

Quelques heures plus tard, de nouveaux bombardements ont fait au moins 14 morts et dix blessés à Alep, selon l'agence de presse officielle SANA.

Le Comité international de la Croix-Rouge prévient de son côté qu'Alep est aux portes d'une catastrophe humanitaire. Une porte-parole de l'organisation humanitaire a dit que l'attaque contre l'hôpital al-Quds est «inacceptable, mais malheureusement ce n'est pas la première fois que des services médicaux sont touchés».

Le CIRC ajoute que les stocks de nourriture et de biens médicaux sont presque épuisés et qu'ils ne pourront être renouvelés en raison de l'intensification de la violence.

Le cessez-le-feu entré en vigueur en Syrie le 27 février a essentiellement volé en éclats au cours des derniers jours.