NOUVELLES
28/04/2016 05:38 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo devant les assises en mai ou juin

La cour d'assises d'Abidjan jugera au mois de mai ou juin, Simone Gbagbo, l'ex-Première dame ivoirienne, pour "crimes contre l'humanité", a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Selon cette source, la session d'assises durant laquelle elle comparaîtra s'ouvrira le 9 mai et durera deux mois. Mais, a-t-elle précisé, "les débats la concernant vont être programmés beaucoup plus tard, probablement vers la fin du mois de mai".

La Cour de cassation ivoirienne a rejeté le 21 avril le pourvoi de Mme Gbagbo ouvrant définitivement la voie à son procès pour "crimes contre l'humanité" et "crime de sang".

Simone Gbagbo, épouse de l'ancien président Laurent Gbagbo - actuellement jugé à la Haye par la Cour pénale internationale (CPI) -, a été condamnée en mars 2015 à 20 ans de prison, notamment pour "attentat contre l'autorité de l'Etat", lors de la crise postélectorale de 2010-2011. Elle est actuellement incarcérée à Abidjan.

Considérée comme une protagoniste majeure de la crise, l'ancienne "Dame de fer", à la personnalité très controversée, est également poursuivie pour "crimes contre l'humanité" par la CPI. Mais Abidjan refuse son transfèrement à La Haye, affirmant être en mesure d'assurer à l'ex-Première dame une justice exemplaire sur le sol ivoirien.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé début février qu'il "n'enverrait plus d'Ivoiriens" à la CPI, estimant que son pays avait désormais une "justice opérationnelle".

La crise postélectorale est née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire d'Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

ck/dom