NOUVELLES
28/04/2016 02:29 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Chine: des cadres du Bureau des statistiques accusés de "gains illicites"

Le gendarme anticorruption chinois a accusé plus de 300 cadres du Bureau national des statistiques (BNS) d'avoir engrangé des gains personnels "illicites" en vendant de façon irrégulière des données gouvernementales... dont la fiabilité est pourtant largement mise en doute.

Dans un long rapport publié mercredi, la Commission centrale d'inspection disciplinaire (CCDI), gendarme du Parti communiste, a épinglé les manquements du BNS dans la collecte et la distribution des données économiques du pays.

Elle rapporte ainsi que 313 employés d'unités dépendantes du BNS ont dû retourner 3,23 millions de yuans (440.000 euros) de "gains illicites", qu'ils avaient engrangés à titre privé via des commissions en vendant de façon "non autorisée" des données et rapports.

Ces révélations interviennent après le placement sous enquête en janvier du patron du BNS, Wang Bao'an, pour des faits présumés de corruption.

Cette disgrâce de M. Wang, quelques mois seulement après sa nomination à la tête du Bureau national des statistiques (BNS), avait contribué à alimenter les interrogations sur la crédibilité des publications de l'organisme.

De fait, les statistiques du BNS sur les performances de la deuxième économie mondiale sont régulièrement critiquées par des experts, qui soupçonnent des approximations en pagaille et estiment que le ralentissement économique chinois est bien plus marqué.

En se basant sur des indices d'activité ou la consommation d'électricité, des analystes jugent que la croissance économique chinoise pourrait avoir été en 2015 bien inférieure aux 6,9% dévoilés par le BNS -- déjà un plus bas depuis un quart de siècle.

D'autres soulignent que les baromètres précis manquent pour jauger la santé du secteur des services, qui a désormais pris le pas sur l'industrie.

Chaque PIB chinois est immanquablement dévoilé environ deux semaines après la fin de la période concernée, beaucoup plus rapidement que dans les pays occidentaux, et ce en dépit de la taille colossale de l'économie et de la complexité des calculs.

Par ailleurs, la somme des PIB annoncés de façon distincte par chacune des provinces et régions du pays dépasse régulièrement de loin le chiffre national avancé par le BNS.

Des retards dans la publication de certains indicateurs clefs du BNS ont également été constatés.

jug/ehl/jh