NOUVELLES
28/04/2016 14:54 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Arrivée à Cuba du chef de la diplomatie britannique, une première depuis 1959

Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond est arrivé jeudi à La Havane pour une visite -la première d'un si haut responsable britannique depuis 1959- à Cuba, a-t-on annoncé de source officielle à Londres.

"En tant que premier Secrétaire au Foreign Office britannique à visiter Cuba depuis la Révolution de 1959, c'est une opportunité pour moi d'entendre ce que Cuba pense de ses défis actuels, et où (l'île) voit son avenir", a déclaré Philip Hammond dans un communiqué.

Cette visite sera centrée sur la coopération dans les "services financiers, l'énergie, la culture et l'éducation".

L'agenda du ministre sur place comprend une série de rencontres avec son homologue Bruno Rodriguez et d'autres responsables du gouvernement cubain, selon son ministère.

Il doit aussi signer un "accord bilatéral restructurant la dette de Cuba envers le Royaume-Uni" et établir les principes de coopération dans divers secteurs, des services financiers à l'énergie, en passant par l'éducation.

Le chef de la diplomatie britannique entend aussi évoquer les tournants économiques et sociaux pris par l'île, les questions sensibles des droits de l'Homme et du commerce, et des problématiques sanitaires, notamment celle liée au virus Zika. Il rencontrera aussi des représentants de la société civile cubaine, selon son ministère.

"La Grande-Bretagne et Cuba ont des visions du monde et des systèmes politiques qui sont très différents", a aussi déclaré M. Hammond.

"Mais comme Cuba entre dans une période importante de changements sociaux et économiques, j'ai l'intention de démontrer au gouvernement et au peuple cubains que le Royaume-Uni est désireux de forger de nouveaux liens à travers l'Atlantique".

"C'est pourquoi Cuba et le Royaume-Uni sont prêts à conclure de nouveaux accords de coopération sur l'énergie, les services financiers, l'éducation et la culture, dans l'intérêt de nos deux nations", a encore dit M. Hammond.

Cette visite suit celle, historique aussi, de Barack Obama fin mars sur l'île, qui a marqué un tournant après des décennies de relations hostiles pendant et après la Guerre froide.

nol/mct/lpt/pyv/mf