NOUVELLES
28/04/2016 08:24 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

Angola: nouvelles accusations contre des opposants déjà condamnés

Cinq des 17 opposants angolais condamnés à des peines de deux à huit ans de prison pour tentative de coup d'Etat contre le président José Eduardo dos Santos ont été inculpés pour destruction de biens publics en prison, a t-on appris jeudi de source judiciaire.

"Benedito Jérémias, Afonso Matias Mbanza Hanza, Arante Lopes Kivuvu, Albano Evaristo Bingo et Manuel Nito Alves sont accusés de destruction de biens publics", indique un communiqué du service angolais des enquêtes criminelles.

Ces accusations concernent des destructions qu'auraient commises les militants pendant leur détention provisoire entre juin et décembre 2015, alors qu'ils attendaient leur procès, a précisé à l'AFP Manuel Nito, l'un des accusés qui nie ces nouvelles charges.

Ce dernier a aussi dénoncé ses conditions de détention et celles de ses camarades, affirmant qu'ils "dorment dans la cour de la prison" pour des raisons de sécurité afin d'éviter d'être mélangés "avec d'autres criminels dangereux".

Les 17 opposants, tous membres du Mouvement révolutionnaire pour l'Angola, avaient été arrêtés en juin 2015 et accusés de préparer un coup d'Etat contre le président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 1979, ce qu'ils ont toujours nié.

Le Mouvement révolutionnaire pour l'Angola réclame le départ de José Eduardo dos Santos. Ce dernier a annoncé début mars qu'il se retirerait de la vie politique en 2018.

str-pid/bed/jl