NOUVELLES
28/04/2016 09:46 EDT | Actualisé 29/04/2017 01:12 EDT

25 réfugiés bloqués à Chypre depuis 1998 gagnent un recours contre Londres

La Haute Cour de Londres a annulé jeudi la décision du ministère de l'Intérieur de refuser l'entrée au Royaume-Uni à six réfugiés et à leurs 19 enfants, bloqués depuis 1998 sur une base militaire britannique à Chypre.

"La nécessité de trouver une solution permanente est claire depuis longtemps. C'est encore plus urgent aujourd'hui", a déclaré le juge David Foskett après avoir annulé une décision de novembre 2014 du ministère de l'Intérieur.

"Nous espérons, pour le bien de toutes les personnes concernées en particulier les jeunes, que des mesures actives et audacieuses seront prises pour trouver une solution sans recourir à de nouvelles procédures judiciaires prolongées", a ajouté le juge enjoignant le Home office à réétudier l'affaire.

Ces réfugiés appartenaient à un groupe de 75 personnes originaires d'Ethiopie, du Soudan, d'Irak et de Syrie qui tentaient de rejoindre l'Italie et dont le bateau s'est échoué en octobre 1998 à Akrotiri, sur la côte sud-ouest de Chypre, dans une zone dépendante de l'une des deux bases militaires britanniques.

Bien qu'ayant obtenu le statut de réfugiés, ces personnes sont coincées sur l'autre base militaire britannique, celle de Dhekelia, depuis plus de 17 ans, victimes d'un flou juridique.

Elles y vivent dans des préfabriqués de 1960 perchés sur une colline broussailleuse donnant sur un champ de tir. S'ils pourraient théoriquement demander l'asile à Chypre, nombre d'entre eux estiment avoir peu de chances de trouver du travail.

"Le gouvernement peut maintenant éviter d'autres démarches juridiques coûteuses en autorisant ce petit groupe de réfugiés à s'installer au Royaume-Uni", a déclaré leur avocate Tessa Gregory du cabinet britannique Leigh Day, qui a affiché sa satisfaction.

"Nous espérons qu'avec le jugement d'aujourd'hui, nous avons franchi une étape qui nous rapproche du moment où nous serons en mesure d'offrir un avenir décent à nos enfants", a espéré Taj Bashir, l'un des six réfugiés à l'origine du recours, dans un communiqué du cabinet juridique.

Le gouvernement britannique a proposé que Chypre accueille ces réfugiés tout en continuant de payer pour leurs frais de subsistance.

mc/oaa/rap