NOUVELLES
27/04/2016 10:51 EDT | Actualisé 28/04/2017 01:12 EDT

USA/primaires: Ted Cruz va choisir Carly Fiorina comme colistière (médias)

Le sénateur du Texas et candidat aux primaires républicaines Ted Cruz va annoncer mercredi avoir choisi Carly Fiorina comme colistière pour le poste de vice-présidente, selon le Washington Post et la chaîne NBC.

L'annonce sera officialisée à 16H00 (20H00 GMT) à Indianapolis, dans l'Indiana, où la bataille des primaires s'est déplacée en vue du vote de mardi prochain dans cet Etat. NBC a filmé Carly Fiorina sur place.

L'équipe de Ted Cruz avait confirmé être en train d'examiner plusieurs candidats possibles au poste de vice-président afin de former un "ticket" présidentiel, notamment Carly Fiorina, l'ex-PDG de Hewlett Packard, qui fut candidate aux primaires avant de jeter l'éponge en février et de se rallier à Ted Cruz.

Une telle annonce viserait à redonner une impulsion à Ted Cruz, à la peine face à Donald Trump, qui a remporté mardi et la semaine dernière six spectaculaires victoires aux primaires de New York et d'autres Etats de la côte est.

"Il examine plusieurs candidats, et Mme Fiorina est l'une d'entre eux", avait dit Chad Sweet, président de la campagne Cruz, sur CNN lundi.

Carly Fiorina, 61 ans, était la seule femme à concourir du côté républicain. Elle a obtenu 1,9% des voix dans l'Iowa et 4,1% dans le New Hampshire en février.

Carly Fiorina avait suscité un bref enthousiasme en septembre dernier, après une bonne série de débats télévisés qui avait dopé sa notoriété nationale. Mais elle n'a jamais réussi à monter.

"Nommer Carly est idiot, car Carly a échoué. Elle a fait un bon débat, même pas contre moi d'ailleurs (...), un bon débat et puis c'est tout", a commenté Donald Trump sur Fox News mercredi. "Elle est montée dans les sondages, et puis elle est retombée, de plus en plus bas".

Donald Trump n'a pas annoncé de colistier. D'ordinaire, les candidats ne le font qu'une fois l'investiture dans la poche, mais cette année, le suspense devrait se prolonger jusqu'à la fin des primaires, en juin, bien que Donald Trump soit le grand favori.

ico/bdx