NOUVELLES
27/04/2016 04:58 EDT | Actualisé 28/04/2017 01:12 EDT

Syrie: de la trêve à la multiplication des bombardements

Rappel des événements depuis l'entrée en vigueur il y a deux mois en Syrie d'un accord de "cessation des hostilités", désormais moribond.

Imposée par Washington et Moscou, la trêve concernait seulement les zones de combat entre forces du régime, appuyées par l'aviation russe, et rebelles. Elle excluait les groupes jihadistes Etat islamique (EI) et Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

- 27 fév: Les armes se taisent dans la majorité des principales villes au premier jour de l'entrée en vigueur de la trêve, d'une ampleur sans précédent depuis le début de la guerre en 2011.

- 4 mars: Deux raids aériens frappent la zone rebelle à l'est de Damas, aux alentours de Douma, une première depuis le début de la trêve, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Des centaines de Syriens, profitant du cessez-le-feu, renouent avec les manifestations antirégime dans les zones rebelles sous le slogan "La révolution continue".

- 11 mars: L'aviation syrienne entre en action pour le 2e jour contre des secteurs rebelles à Alep (nord). Washington condamne cette "violation claire de la cessation des hostilités".

- 14 mars: La Russie annonce un retrait partiel de ses forces de Syrie, plus de cinq mois après le début de son engagement militaire. Moscou prévient néanmoins qu'elle poursuivra ses frappes contre des "objectifs terroristes".

- 27 mars: L'armée syrienne, appuyée par son allié russe, reprend à l'EI la ville de Palmyre (centre), dont la cité antique est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

- 31 mars: L'aviation du régime mène des frappes sur Deir al-Assafir, à la lisière est de Damas, un fief rebelle. L'OSDH, selon lequel le raid a fait au moins 33 morts dont 12 enfants, dénonce "la plus grave violation" de la trêve dans la Ghouta orientale. Les Etats-Unis se disent "horrifiés" et la France accuse Damas de violer la trêve.

- 10 avr: Les troupes du régime préparent une opération pour la reprise d'Alep avec l'aide de l'aviation russe, affirme le Premier ministre Waël al-Halqi.

- 13 avr: Les difficiles négociations de paix reprennent à Genève après un premier round de pourparlers mort-né en mars.

Le gouvernement d'Assad organise le même jour des élections législatives dans les régions qu'il contrôle. Le scrutin est dénoncé par l'opposition et les pays occidentaux.

- 16 avr: Au moins six civils sont tués dans le bombardement par l'aviation d'un quartier rebelle de l'est d'Alep (OSDH). Les insurgés ripostent à coup de roquettes contre des quartiers sous contrôle du régime dans l'ouest de la ville, faisant 16 morts.

- 18 avr: L'opposition annonce qu'elle suspend sa participation "formelle" aux pourparlers indirects à Genève, jugeant "inacceptable" de les poursuivre alors que le régime continue de "bombarder les civils".

- 19 avr: Au moins 44 civils sont tués dans des frappes vraisemblablement menées par l'aviation du régime sur deux marchés dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon l'OSDH.

- 22-23 avr: Plus de 50 morts dans des bombardements du régime contre plusieurs fiefs rebelles.

"La trêve n'existe plus, elle est finie" car "il y a des frappes et des combats à travers le pays, d'Alep jusqu'à Damas", estime le directeur de l'OSDH.

- 24 avr: Le président américain Barack Obama appelle à "rétablir" le cessez-le-feu.

- 26 avr: Au moins 25 personnes sont tuées dans des raids dans la province d'Alep. La veille, au moins 19 civils avaient été tués dans des bombardements rebelles contre des quartiers tenus par le régime à Alep.

Au total, plus de 100 civils ont perdu la vie dans cette ville en cinq jours.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon se dit "profondément préoccupé" par les violences. "La suspension des hostilités doit être maintenue", ajoute-t-il.

acm/jri