NOUVELLES
27/04/2016 01:27 EDT | Actualisé 28/04/2017 01:12 EDT

En Angleterre, deuxième jour de la grève totale des internes en médecine

Les internes en médecine ont entamé mercredi leur deuxième journée d'une grève totale dans les hôpitaux anglais pour protester contre une réforme de leurs conditions de travail imposée par le gouvernement conservateur de David Cameron.

La grève a commencé à 08H00 (07H00 GMT) et doit se terminer à 17H00, après un premier débrayage selon les mêmes horaires mardi.

Quatre grèves des internes ont déjà affecté les hôpitaux anglais depuis le début de l'année mais c'est la première à toucher aussi les unités d'urgence dans l'histoire du service public de santé britannique, le NHS, créé il y a 68 ans.

Mardi, quelque 21.600 "junior doctors" ont participé au mouvement sur les 53.000 que compte la branche Angleterre du NHS, soit 78% des internes censés travailler ce jour-là.

Sur les deux jours, plus de 125.000 consultations et opérations ont été annulées afin de permettre aux hôpitaux de rediriger les ressources humaines sur les services prioritaires comme les urgences.

Le conflit se cristallise sur l'imposition par le gouvernement d'un nouveau contrat pour les "junior doctors", prévoyant qu'ils travailleront davantage le week-end à un tarif moins élevé puisque les heures majorées seront réduites. En contrepartie, l'exécutif propose une augmentation du salaire de base de 13,5%.

"C'est un bon contrat", a affirmé mardi David Cameron à la chaîne ITV.

Les internes, représentés par la British Medical Association (BMA), dénoncent, eux, un risque de démotivation et de dégradation de leurs conditions de travail.

Mardi, plusieurs milliers d'entre eux ont défilé entre l'hôpital de Saint Thomas et le 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre, brandissant des pancartes indiquant "Sauvons notre NHS" ou "Protégeons les internes".

jb/oaa/jh