NOUVELLES
27/04/2016 08:58 EDT | Actualisé 28/04/2017 01:12 EDT

Cap-Vert: le soldat soupçonné du meurtre de 11 personnes activement recherché, deux jours de deuil national

Le gouvernement cap-verdien a décrété mercredi deux jours de deuil national à la suite de la mort par balles de onze hommes, huit militaires et trois civils, dont deux Espagnols, le meurtrier présumé étant activement recherché.

"Les forces nationales de sécurité sont toujours mobilisées et poursuivent leurs opérations pour capturer le suspect", a affirmé le gouvernement dans un communiqué.

Le ministre de l'Intérieur Paulo Rocha a lancé un appel à témoins, demandant à "toute personne ayant des informations sur le suspect" de contacter la police.

"A la suite de ces événements a été décrété en Conseil des ministres un deuil officiel de deux jours", selon le communiqué.

De son côté, le président Jorge Carlos Fonseca a affirmé sur sa page Facebook que "les investigations se poursuivaient à un bon rythme". "On s'attend à parvenir dans les plus brefs délais à des conclusions fermes sur les faits et à l'appréhension du ou des suspects", a-t-il dit.

Plusieurs médias ont rendu publics l'identité et l'âge du militaire soupçonné, 23 ans, qui aurait avoué à sa famille être le meurtrier, avant de prendre la fuite.

Les onze hommes, âgés de 20 à 51 ans, ont été tués par balles dans un centre de télécommunications gardé par l'armée au nord de la capitale, Praia, avait annoncé mardi le gouvernement dans un communiqué.

"Un soldat qui travaille dans ce centre militaire est porté disparu et il y a de forts indices qu'il soit l'auteur de cette attaque", avait souligné le gouvernement.

"Il n'existe pas de lien entre ces évènements et le trafic de drogue", selon le communiqué gouvernemental de mardi, alors que plusieurs médias ont évoqué l'hypothèse de représailles à la suite d'importantes saisies de drogue sur l'archipel.

"Selon de premiers éléments, ces évènements ont pour origine des motivations personnelles, ce qui exclut l'hypothèse d'un attentat contre l'Etat du Cap-Vert", ajoutait le gouvernement.

Après cette attaque, on a constatée la disparition de neuf fusils et de munitions, retrouvés quelques heures plus tard dans une voiture garée dans une zone d'habitation à Praia, selon le communiqué.

str-sst/mrb/de