NOUVELLES
27/04/2016 08:01 EDT | Actualisé 28/04/2017 01:12 EDT

Agents unilingues anglophones au parlement: la GRC a enfreint la loi

OTTAWA — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a enfreint la Loi sur les langues officielles en n'offrant pas de service en français à des citoyens sur la colline du Parlement.

Le commissaire aux langues officielles Graham Fraser s'est penché sur le cas de plaignants qui disaient s'être adressés en français à plusieurs reprises à des policiers de la GRC patrouillant sur la colline. Les agents étaient incapables de leur fournir des services en français.

Dans son rapport préliminaire d'enquête, le commissaire donne raison aux citoyens. Il note que des agents «peuvent avoir à dicter des consignes de sécurité, telles que des ordres d'évacuation» et qu'il est donc «essentiel» que les francophones autant que les anglophones puissent comprendre les ordres.

M. Fraser s'est attardé à des situations qui se sont produites le 15 février, le 27 mai, le 5 juin et le 8 juin 2015. Pour ces jours-là, la GRC affirme avoir eu sur le terrain un taux d'agents bilingues oscillant entre 72 et 83 pour cent.

Selon le commissaire, lorsqu'ils ont été abordés en français, les agents unilingues auraient immédiatement dû demander l'aide d'un collègue bilingue.

L'ex-député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst Yvon Godin — qui fait partie des plaignants — indique que de nombreux agents unilingues anglophones ont été déployés sur la colline dans les mois ayant suivi l'attaque au parlement par un homme armé.

Il estime que tous les agents qui travaillent sur la colline de façon permanente devraient être à l'aise dans les deux langues, notamment pour des raisons de sécurité.