Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pas de rançon pour faire libérer des otages, décrète Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a fait le point mardi sur la retraite ministérielle de quelques jours qui s'est tenue à Kananaskis.

Il a fait le point sur certains dossiers mais la période de questions a rapidement été monopolisée par le sort des otages canadiens aux Philippines, dont l'un a été tué lundi par ses ravisseurs.

Interrogé sur ce meurtre, le premier ministre a offert ses condoléances à la famille de John Ridsdel. Il s'est dit très préoccupé par le sort de l'autre otage, Robert Hall.

Il a martelé que « le Canada ne paie pas et ne paiera pas de rançon aux terroristes, directement ou indirectement. Payer des rançons pour des membres de notre nation mettrait en danger la vie de tous les Canadiens qui vivent, qui voyagent et qui travaillent à travers le monde. » Le « pays est déterminé à traduire les responsables en justice », a-t-il ajouté en précisant qu'il était en contact avec la présidente des Philippines.

Plus de détails à venir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.