Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les parents qui ont soigné leur enfant avec des remèdes naturels déclarés coupables

David et Collet Stephan, les parents accusés de ne pas avoir fourni de soins adéquats en donnant à leur fil de 19 mois, mort d'une méningite, des remèdes naturels, sont reconnus coupables.

David Stephan, 32 ans, et sa femme Collet Stephan, 35 ans, ont plaidé non coupables à une accusation de ne pas avoir fourni les choses nécessaires à l'existence d'un enfant de moins de 16 ans. Ezekiel, 19 mois, est décédé en mars 2012 d'une méningite virale. La Couronne allègue que le couple n'en a pas fait suffisamment pour soigner l'enfant.

Les délibérations du jury ont repris mardi matin à 9h30, après s'être terminées vers 21h la veille. Le jury est composé de huit femmes et quatre hommes qui devront livrer deux verdicts : un pour la mère et un pour le père.

Si les parents sont reconnus coupables, la peine maximale à laquelle ils font face est de 5 ans de prison.

Retour sur les évènements

Lorsque leur garçon est tombé malade, les parents d'Ezekiel croyaient qu'il souffrait d'une laryngite.

Ils lui ont donné des remèdes naturels notamment des frappés aux légumes maison contenant du poivre, du gingembre, des oignons et du raifort.

Terrie Meynders, une infirmière qui est également une amie de la famille, a témoigné au procès qui se tient à Lethbridge. Elle a raconté que Collet Stephan l'avait appelée pour qu'elle ausculte Ezekiel. « Ce n'était pas clair à mes yeux qu'il était si sérieusement malade », a expliqué Mme Meynders, qui a toutefois recommandé aux parents d'aller consulter un médecin. Elle dit avoir d'ailleurs évoqué une possible méningite virale.

Le couple a décidé de consulter un naturopathe.

David Stephan a raconté à un représentant de la GRC, qui a été enregistré le 15 mars 2012, que lui et sa femme avaient prévu donner plus de remèdes naturels à Ezekiel.

Ils s'étaient mis d'accord pour le conduire à l'hôpital si sa condition ne s'améliorait pas.

L'état de l'enfant a empiré. « Soudainement sa respiration n'était plus normale », a dit le père au caporal de la GRC.

Les parents ont alors appelé le 911 et ont tenté de réanimer leur bébé pendant qu'ils conduisaient pour rejoindre une ambulance d'une communauté voisine. Au cours des manœuvres de réanimation, l'enfant a arrêté de respirer à plusieurs reprises.

« Il était bleu au moment où nous avons atteint l'ambulance », a raconté Collet Stephan à un agent de la GRC.

Après cinq jours à l'Hôpital pour enfants de l'Alberta, les médecins ont cessé de maintenir le jeune Ezekiel artificiellement en vie.

Avec des informations deJacaudrey Charbonneau et de Bill Graveland

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.