DIVERTISSEMENT
26/04/2016 07:18 EDT | Actualisé 26/04/2016 07:19 EDT

«Ça décolle!» à V : équipage coloré pour vol d'avion animé

Courtoisie V

L’émission s’appelle Ça décolle!. Vous imaginez les titres et jeux de mots possibles si le succès n’est pas au rendez-vous? Or, V et Attraction Images, qui produit ce nouveau format entièrement original, nous promettent une comédie intelligente, qui devrait faire l’unanimité chez les 7 à 77 ans. Ça décolle! décollera (on ne réinvente pas l’originalité) dès l’automne.

Le défi est grand, mais les auteurs, Daniel Langlois (qui a beaucoup travaillé dans le milieu des variétés, notamment sur des galas des Gémeaux, et sur À la semaine prochaine, à la radio) et David Leblanc (qui a surtout créé pour le théâtre), ainsi que le réalisateur, Martin Talbot (Les Parent) sont très emballés par le projet, qui a été initié dans les bureaux d’Attraction et qui a, semble-t-il, immédiatement intéressé V.

L’intrigue de Ça décolle, vous l’aurez deviné, se jouera dans un avion, appartenant ici à la compagnie fictive Air Supérieur.

L’action de chacun des 13 épisodes de 30 minutes sera divisée en trois vols différents, qui iront vers une destination différente (qui sera parfois précisée, parfois non) avec de nouveaux passagers et une intrigue bouclée à chaque fois. Comme s’il y avait «trois sitcoms en un», a signalé l’équipe de production. L’humour s’y voudra réaliste, juste assez décalé et déjanté, avec une touche d’absurde, mais pas trash ou de mauvais goût. Par exemple, il n’y aura pas de sacres.

«C’est une émission familiale, a laissé savoir le réalisateur, Martin Talbot. Ce qui fait rire, c’est souvent ce qui est le plus commun.»

À toutes les semaines, trois personnalités invitées, des vedettes populaires, se glisseront dans la peau de touristes, vacanciers et hommes ou femmes d’affaires installés dans l’avion. Ces personnes qui effectueront des apparitions donneront vie à trois personnages distincts au gré des trois vols. Comme Michel Côté le faisait dans Cruising Bar, autrement dit.

Le bassin de protagonistes récurrents de Ça décolle! est restreint : il y aura les trois agents de bord, Kim, Clara et Bastien, qu’interpréteront respectivement Anne-Élisabeth Bossé, Marie-Soleil Dion et Pierre-Luc Lafontaine, et le pilote, le commandant Richard Lachance, qu’incarnera Michel Laperrière, et son co-pilote, le jeune Mohammed, alias Mehdi Bousaidan. Ces deux derniers ne seront jamais en contact avec les agents de bord, et vice-versa. Ils seront par contre en constante communication avec la tour de contrôle qui, elle, entend rarement à rire!

Répartie et maladresses

Ça décolle se concentrera sur la classe économique d’Air Supérieur, avec le «vrai monde», dans la cabine de pilotage, dans l’allée entre les sièges, dans la toilette et la cuisinette. Il n’y aura pas nécessairement de décollage et d’atterrissage à chaque fois.

Les caractères de Kim, Clara et Bastien n’auront rien de stéréotypé et se trouveront à mille lieux des figures hyper-exagérées de Complexe G, par exemple. Il n’y aura ni «bons», ni «méchants».

Kim sera l’intello du groupe, détentrice d’une maîtrise, ironique et sarcastique, qui n’a pas l’intention de moisir longtemps chez Air Supérieur. Elle n’est pas mesquine, mais sa répartie vive laissera parfois son entourage bouche-bée.

Maman monoparentale de deux bambins et séductrice à souhait, Clara ne dédaignera pas flirter avec la gent masculine à qui elle servira collations et boissons, pendant que sa mère (qu’on ne verra pas) prend soin de sa progéniture. Ses ex se comptent par dizaines. À l’inverse de Kim, Clara réalise un rêve en endossant ses tenues d’agente de bord, mais elle aussi peut manquer de filtre lorsque vient le temps de s’exprimer.

Le naïf Bastien, un «bon gars», candide comme un enfant, qui provoque des situations rocambolesques sans le vouloir, vient compléter le trio. Heureux comme un roi dans ses fonctions, il est volontaire et décidé… ce qui ne l’empêche pas d’être parfois une tête de Turc de qui on se moque. Les filles, entre autres, prendront un malin plaisir à le taquiner.

Quant au pilote et à son jeune assistant, la relation entre les deux hommes sera bonne, mais teintée par la mentalité un peu vieux jeu du commandant Lachance, qui a encore fraîchement en mémoire l’époque où les agents de bord étaient des «hôtesses de l’air», qui ne connaît à peu près rien aux nouvelles technologies et qui a l’impression d’être bien maladroit devant les origines arabes de son jeune collègue. Le pauvre bougre n’aura en lui aucune méchanceté, mais sa malhabileté lui causera parfois de petits tracas. Mohammed, lui, voudra prouver ses compétences à son supérieur, qui l’intimidera un brin.

Les auteurs ont discuté un peu avec de véritables agents de bord pour nourrir leurs connaissances dans le domaine avant de pondre leurs textes, mais Ça décolle constitue une pure fiction.

Le signal de départ du tournage de Ça décolle sera donné le 4 juin prochain, aux studios Mel’s, à Montréal. Chaque épisode sera enregistré en une journée. C’est d’ailleurs en ces lieux, où un début d’installation de faux avion est déjà érigé, que les journalistes avaient été conviés pour le dévoilement de la distribution, mardi. Apparemment, les costumes et les décors de Ça décolle! seront magnifiques, les créateurs ayant pris soin d’accoler une identité unique à Air Supérieur.

VOIR AUSSI

Galerie photo Quoi regarder à la télévision québécoise en 2016? Voyez les images