DIVERTISSEMENT
22/04/2016 03:24 EDT

Les films à l'affiche dès le 22 avril 2016 (PHOTOS)

Brand New Images via Getty Images
Woman holding giant sized popcorn and drink

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images

LE CHASSEUR - LA GUERRE HIVERNALE

États-Unis. 2016. 114 min.

Drame fantastique de Cedric Nicolas-Troyan avec Chris Hemsworth, Jessica Chastain, Emily Blunt, Nick Frost, Rob Brydon, Sheridan Smith, Charlize Theron, Alexandra Roach.

Soeur de la cruelle reine Ravenna, Freya met au monde le bébé de son amant. Mais en voyant ce dernier tuer l'enfant, en jurant qu'il n'avait pas le choix, la douce princesse se transforme en une femme habitée par une profonde colère, ayant le pouvoir de frigorifier ses adversaires. S'exilant dans le nord de la contrée, elle se proclame reine des glaces et forme une armée composée d'enfants kidnappés dans les villages, qu'elle désigne comme ses chasseurs. Parmi eux, se distinguent particulièrement les jeunes Eric et Sara. Quand, à l'âge adulte, ceux-ci enfreignent la loi interdisant de tomber amoureux et planifient leur fuite, Freya les capture et dresse un immense mur de glace entre eux. Au travers, Eric assiste impuissant à l'assassinat de Sara. Puis, sur ordre de sa reine, qui le considère pourtant comme son fils, le jeune chasseur est jeté du haut d'un ravin. Par chance, il survit. Sept ans plus tard, après avoir aidé Blanche-Neige à anéantir sa belle-mère Ravenna, Eric est chargé par sa nouvelle reine de retrouver et de détruire le miroir magique à l'origine de tous leurs malheurs, avant que Freya ne s'en empare.

À la fois antépisode et suite de SNOW WHITE AND THE HUNTSMAN, cette production luxueuse mais fade sent le rapiéçage à plein nez. Réalisé sans grand sens du rythme par le superviseur des effets spéciaux du premier opus, l'ensemble, dépourvu de réel foyer dramatique, souffre en outre d'un manque d'unité dans le jeu des interprètes, pourtant triés sur le volet.

LE COEUR RÉGULIER

France. 2016. 95 min.

Drame psychologique de Vanja d'Alcantara avec Isabelle Carré, Jun Kunimura, Niels Schneider, Mugi Kadowaki, Masanobu Ando, Fabrizio Rongione.

Alice reçoit la visite surprise de son frère cadet Nathan, établi au Japon depuis peu. D'abord joyeuses, les retrouvailles prennent un tour acrimonieux lors d'une discussion nocturne, provoquant le départ brusque du jeune homme sur sa petite moto. Peu après, il est retrouvé mort, happé par une voiture. Ce douloureux deuil incite la mère de famille engourdie dans sa routine à s'envoler pour le Japon, dans l'espoir d'y rencontrer un villageois dont Nathan lui avait parlé, qui avait changé sa vie en l'empêchant de se jeter du haut de la falaise de Tojimbo. Quelques jours après son arrivée là-bas, Alice trouve le site en question, très populaire auprès des désespérés du pays. Au bord du précipice, elle se retrouve face à face avec Daïsuke, un ex-policier veuf qui s'est donné pour mission d'enrayer cette vague de suicides. Comme il l'avait fait pour Nathan, cet homme solitaire et taiseux héberge Alice dans sa modeste demeure au pied de la falaise, où habitent déjà un adolescent taciturne et une jeune femme prostrée.

Délicate et touchante, cette adaptation du roman d'Olivier Adam (JE VAIS BIEN, NE T'EN FAIS PAS) repose sur un scénario subtil, quoiqu'un peu mince et abrupt, une photographie soignée, qui rend justice aux majestueux paysages nippons, et une performance nuancée d'Isabelle Carré (COEURS, ANNA M), aux côtés d'un Jun Kunimura (AUDITION) charismatique et laconique.

HELLO, MY NAME IS DORIS

États-Unis. 2015. 95 min.

Comédie sentimentale de Michael Showalter avec Sally Field, Max Greenfield, Beth Behrs, Wendi McLendon-Covey, Stephen Root, Elizabeth Reaser.

À la mort de sa mère, avec laquelle elle a toujours vécu, Doris Miller se retrouve seule dans la maison familiale. Bien que poussée par son frère et sa belle-soeur à vendre la propriété et à s'installer au centre-ville pour se rapprocher de son travail, la sexagénaire timide refuse de changer quoi que ce soit à son train de vie régulier. Mais après avoir assisté à une conférence d'automotivation avec sa meilleure amie Roz, Doris se met en tête de séduire John Fremont, un nouveau collègue de 30 ans son cadet. Aidée de la petite-fille de Roz, elle crée un faux compte Facebook afin de tout connaître à son sujet. Or, si Doris s'émancipe au contact de John, sa fausse identité virtuelle menace de nuire à la vie privée du jeune homme.

Cette ode amusante à l'affirmation de soi se moque allègrement de la jeunesse branchée en recyclant en mode gériatrique les clichés des comédies sentimentales pour ados. Tout dans ce portrait de femme singulier est mis au service du talent d'une Sally Field qui, expressive en gros plan et dynamique en plan large, s'en donne à coeur joie tout du long.

UN HOLOGRAMME POUR LE ROI

Grande-Bretagne. 2016. 98 min.

Comédie dramatique de Tom Tykwer avec Tom Hanks, Alexander Black, Sarita Choudhury, Tom Skerritt, David Menkin, Ben Whishaw, Sidse Babett Knudsen, Tracey Fairaway, Dhaffer L'Abidine.

Alors que les États-Unis sont en pleine récession, Alan Clay, homme d'affaires au bout du rouleau, tente d'éviter la faillite en allant en Arabie Saoudite négocier la vente d'un nouveau système de télécommunications à un richissime monarque. Mais alors que ce dernier tarde à rentrer au pays, Alan en profite pour jouer les touristes. Il découvre alors un monde, une réalité et des gens qui l'amènent à se questionner profondément sur son passé et sur son avenir. Tandis qu'il fraternise avec un homme à tout faire excentrique, drôle et astucieux qui vient chambouler ses idées préconçues sur le Moyen-Orient, Alan entame timidement une histoire d'amour avec une chaleureuse chirurgienne.

Cette adaptation du roman de Dave Eggers semble se chercher d'un bout à l'autre: scénario hésitant, humour incertain, observations douteuses, ruptures de ton maladroites. Heureusement, le film porte la signature visuelle forte de Tom Tykwer (CLOUD ATLAS) et est défendu par un Tom Hanks en grande forme.

LOLO

France. 2015. 99 min.

Comédie réalisée et interprétée par Julie Delpy avec Dany Boon, Vincent Lacoste, Karin Viard, Xavier Alcan, Georges Corraface.

En vacances à Biarritz en compagnie de sa meilleure amie Ariane, Violette, célibataire de 45 ans, fait la connaissance de Jean-René, un divorcé du même âge, qui s'apprête à déménager à Paris. À première vue, rien ne prédestine cette organisatrice d'événements dans le milieu de la mode et ce programmeur informatique sans style. Mais la connexion se fait et un grand amour naît, qui se poursuit à Paris. Les choses se compliquent lorsque Jean-René fait la connaissance de Lolo, l'enfant chéri de Violette qui, à 19 ans, n'a pas encore coupé le cordon et utilise l'appartement maternel comme atelier pour créer ses gribouillages sur toile. Jaloux de l'affection que sa mère porte au programmeur, Lolo provoque une série d'incidents humiliants visant à le discréditer aux yeux de cette dernière.

Julie Delpy (BEFORE MIDNIGHT, 2 DAYS IN PARIS) voudrait perpétuer le cliché de la Parisienne névrosée qu'elle ne s'y prendrait pas mieux. Ce n'est là qu'un des nombreux facteurs aggravants compilés dans cette oeuvre lourde et stridente, réalisée sans effort d'imagination, sur l'amour inconditionnel d'une mère pour son enfant-roi.

LOUDER THAN BOMBS

Norvège. 2015. 109 min.

Drame de Joachim Trier avec Gabriel Byrne, Isabelle Huppert, Jesse Eisenberg, Amy Ryan, Devin Druid, David Strathairn.

Trois ans après la mort d'Isabelle, célèbre photographe de guerre pour le New York Times, une exposition posthume consacrée à son oeuvre est organisée. Gene, son époux instituteur, collabore mollement au projet, jusqu'à l'arrivée de son fils aîné Jonah, nouvellement père. Entretemps, un ancien collègue d'Isabelle lui apprend qu'il profitera de l'occasion pour publier un article révélant la vraie cause de son décès. En accord avec Jonah, Gene cherche alors une façon de révéler à son fils cadet Conrad, adolescent ténébreux qui nourrit du ressentiment envers lui, que sa mère s'est suicidée. Ressoudé, le trio revisite en mémoire son passé récent, découvrant au passage des facettes insoupçonnées de la vie de la disparue.

Réalisé avec élégance, exploitant avec intelligence le contenu de photographies poignantes, ce premier film en anglais du Norvégien Joachim Trier (OSLO, 31 AOÛT) souffre toutefois d'un problème de dispersion, les nombreux thèmes n'étant pas suffisamment développés. Les dialogues sont cependant délicats et l'interprétation admirable de naturel.

L'ORIGINE DES ESPÈCES

Canada. 2016. 92 min.

Drame de Dominic Goyer avec Marc Paquet, Sylvie de Morais, Marc Béland, Germain Houde, David La Haye, Élise Guilbault, Cynthia Wu-Maheux, Estelle Richard, Stéphanie Labbé.

Après le suicide de sa mère, cinéaste d'animation réputée, David apprend que celui qui l'a élevé avec amour n'est pas son vrai père. Encouragé par sa conjointe, qui vient de lui donner une fille, l'architecte trentenaire mène sa petite enquête, ce qui l'amène à découvrir que sa mère menait une double vie et qu'elle entretenait une correspondance avec un certain Michel, éleveur de lapins dans un village de Lanaudière. Or, le secret des origines de David pourrait bien se trouver dans l'ultime film de la défunte...

Dominic Goyer mène d'une main sûre ce premier long métrage, récit sombre et sordide qui évoque à la fois LE SECRET DE MA MÈRE et VILLE-MARIE. Malgré certaines situations peu crédibles, ce thriller psychologique est fortifié par des effets sonores expressifs, des séquences d'animation aussi belles qu'angoissantes et la performance solide de Marc Paquet.

À voir aussi: