POLITIQUE
21/04/2016 11:58 EDT | Actualisé 21/04/2016 11:58 EDT

Pas question d'acheter un bloc massif d'actions de Couche Tard, dit Leitao

PC

L'achat d'un important bloc d'actions d'Alimentation Couche-Tard pour s'assurer que la multinationale demeure sous contrôle québécois ne figure pas dans les plans du gouvernement Couillard.

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a estimé jeudi qu'il ne revenait pas à l'État d'investir massivement dans des entreprises.

Celui-ci rejetait la suggestion du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, d'octroyer "plusieurs milliards de dollars" à Investissement Québec (IQ) pour intervenir.

D'après M. Legault, il manque entre six et huit pour cent d'appuis à Couche-Tard (TSX:ATD.B) afin d'obtenir le seuil de 66 pour cent nécessaire afin de prolonger le statut des actions multivotantes.

Autrement, ces titres à 10 votes par action cesseront d'exister une fois que le dernier des quatre fondateurs de la société, Jacques D'Amours, fêtera son 65e anniversaire, en décembre 2021.

Si les actionnaires refusent de changer leur fusil d'épaule, le président du conseil exécutif et actionnaire de contrôle, Alain Bouchard, pourrait se voir forcer de vendre l'entreprise, a-t-il laissé entendre en entrevue à La Presse.

M. Leitao estime qu'Investissement Québec devrait plutôt servir de "catalyseur" afin de mettre sur pied un "groupe d'actionnaires" capable de détenir un "certain pourcentage" de la multinationale.

Québec peut créer des conditions favorables pour inciter des investisseurs potentiels à acheter des actions de Couche-Tard, sans investir directement dans l'entreprise, croit le ministre des Finances.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
Les entreprises les plus innovantes du monde
Voyez les images