NOUVELLES
20/04/2016 08:54 EDT | Actualisé 20/04/2016 09:05 EDT

Le collectif Montréal Noir réclame la fin du profilage racial à Montréal-Nord

Radio-Canada.ca

À l'approche de l'élection complémentaire à la mairie d'arrondissement de Montréal-Nord, dimanche, un collectif de citoyens réclame des candidats qu'ils prennent position au sujet du profilage racial.

Le collectif s'appelle Montréal Noir; il a été créé dans la foulée de la mort de Jean-Pierre Bony, un membre de la communauté haïtienne qui a succombé à ses blessures après avoir reçu, à la tête, un projectile en plastique tiré par les policiers.

Le drame est survenu fin mars dans Montréal-Nord, lors d'une opération qui visait à démanteler un réseau de trafiquants de drogue.

Pauvreté et profilage racial

Les porte-parole du collectif, décrit comme « une branche amie du mouvement Black Lives Matter à Montréal », soutiennent que la mort de Jean-Pierre Bony illustre qu'il reste beaucoup à faire pour améliorer les relations entre la police et la communauté noire. Ils ont tenu une conférence de presse mercredi devant le poste de police 39, dans Montréal-Nord.

Montréal Noir dénonce non seulement le profilage racial, mais aussi la pauvreté qui afflige l'arrondissement. « Nous pensons qu'il est important pour les candidats de se prononcer sur ces problèmes, affirme Robyn Maynard, membre du collectif. Jusqu'à présent, trop peu d'attention a été accordée à ces sujets durant la campagne. »

Nos communautés vivent des situations de précarité encouragées par un racisme systémique qui freine, entre autres, leur accès à l'emploi, aux études, au logement, à la stabilité, à un traitement juste et équitable du système judiciaire en place ou autres institutions étatiques

Extrait du communiqué publié par Montréal Noir

Selon des données colligées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Montréal-Nord présente l'un des taux de criminalité les plus élevés de l'île de Montréal. De son côté, Centraide a publié récemment des chiffres selon lesquels près de 30 % de la population de Montréal-Nord vit sous le seuil de pauvreté.

Les revendications de Montréal Noir

Montréal Noir attend des candidats à la mairie d'arrondissement qu'ils proposent des solutions pour mettre un terme au « profilage racial et aux pratiques abusives de la police ».

Le collectif demande au gouvernement du Québec de créer une commission sur le « racisme systémique » et il conteste le fait que des policiers et d'ex-policiers siègent au Bureau des enquêtes indépendantes. Ce Bureau a été créé sur une recommandation faite par le coroner qui s'est penché sur l'affaire Fredy Villanueva, abattu en 2008 par un policier dans Montréal-Nord.

Montréal Noir réclame enfin que l'enquête sur la mort de Jean-Pierre Bony soit publique et que les noms des policiers qui ont procédé à cette intervention soient dévoilés.

En plus de s'associer au mouvement international Black Lives Matter, le collectif Montréal Noir dit aussi travailler de concert avec Montréal-Nord Républik, un mouvement qui, lui, a pris naissance en août 2008, dans le sillage des événements entourant la mort du jeune Fredy Villanueva.

Démission de Gilles Deguire

L'élection complémentaire dans Montréal-Nord a été rendue nécessaire à la suite de la démission de Gilles Deguire. Celui-ci a été accusé d'agression sexuelle sur mineur en janvier. Depuis, Chantal Rossi siège comme mairesse par intérim.

Quatre candidats se présentent :

  • Christine Black, Équipe Denis Coderre pour Montréal
  • Kerlande Mibel, Projet Montréal
  • Jacques Massicotte, indépendant
  • Rached Teffaha, indépendant

VOIR AUSSI

Galerie photo 15 ruelles vertes de Montréal Voyez les images