NOUVELLES
19/04/2016 03:10 EDT | Actualisé 20/04/2017 01:12 EDT

Yémen: 13 morts dans des combats en l'absence de négociations

Au moins 13 combattants ont été tués dans des affrontements entre loyalistes et rebelles au Yémen, alors que l'ONU a dû reporter des pourparlers de paix qui devaient s'ouvrir à Koweït, ont indiqué mardi des sources militaires.

Les protagonistes s'accusent de violer un cessez-le-feu entré en vigueur le 11 avril. Cinq soldats figurent parmi les 13 personnes qui ont trouvé la mort depuis lundi soir lors de combats dans l'ouest de la province de Marib, à l'est de la capitale Sanaa, ont ajouté ces sources.

Les affrontements, qui ont éclaté lorsque des rebelles chiites Houthis ont tenté de reprendre des positions tenues par les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, se poursuivaient par intermittence mardi, selon les mêmes sources.

Des combats sporadiques se déroulaient sur d'autres lignes de front, comme à Nahm, au nord-est de Sanaa, ou à Taëz, dans le sud-ouest du Yémen, ont indiqué ces sources, sans fournir de bilan.

Interrogé par l'AFP, le chef d'état-major de l'armée yéménite, le général Ali al-Maqdachi, a estimé que "la trêve tient toujours, conformément aux directives de notre direction politique", mais a accusé "les Houthis et leurs alliés de ne pas la respecter".

Pour leur part, les rebelles ont affirmé mardi sur leur site sabanews.net que les loyalistes avaient poursuivi les attaques et l'envoi de renforts militaires sur divers lignes de front.

Ils accusent aussi la coalition militaire arabe sous commandement saoudien, qui soutient les loyalistes, de "survoler la capitale et d'autres villes, en violation de la trêve".

Des pourparlers de paix interyéménites, qui devaient commencer lundi à Koweït sous l'égide de l'ONU, ont été reportés sine die en l'absence des rebelles et de leurs alliés, les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Les rebelles n'ont pas envoyé de délégation à Koweït en se plaignant de "violations saoudiennes" de la trêve. Le gouvernement a en revanche dépêché une délégation.

Depuis l'intervention de la coalition arabe au Yémen en mars 2015, la guerre a fait 6.400 morts, pour moitié des civils, et plus de 30.500 blessés, selon l'ONU.

faw/tm/ras/jri