NOUVELLES
19/04/2016 03:49 EDT | Actualisé 20/04/2017 01:12 EDT

Varsovie arbore la jonquille, fleur-symbole de l'Insurrection du ghetto juif

Des jonquilles en papier ont été distribuées mardi en grand nombre dans la capitale polonaise, le jour anniversaire du début de l'Insurrection du ghetto de Varsovie, dont cette fleur est devenue un symbole.

Un millier de bénévoles dispersés dans différents quartiers de la ville accrochaient ces fleurs jaunes aux vestes et manteaux des passants, en souvenir du soulèvement sanglant des Juifs polonais contre les nazis, lancé le 19 avril 1943.

Il y a 73 ans, une poignée de combattants juifs attaquèrent les nazis, préférant mourir l'arme à la main plutôt que dans le camp d'extermination de Treblinka (est de la Pologne) où les Allemands nazis avaient envoyé plus de 300.000 Juifs de Varsovie enfermés dans le ghetto.

"C'est important pour moi. Cette histoire me fascine. Il faut la rappeler. Il faut rappeler aux gens qu'on est tous égaux", a expliqué à l'AFP Piotr Bakula, 17 ans, un des volontaires de "l'Action Jonquille" lancée en 2013 par le Musée de l'histoire des Juifs de Pologne - Polin.

"Cette action est organisée aussi en mémoire de Marek Edelman, le dernier commandant du soulèvement juif, qui, chaque année, déposait un bouquet de ces fleurs" au pied du mémorial aux Héros de l'Insurrection du ghetto, a-t-il ajouté tout en distribuant les fleurs à une sortie du métro varsovien.

Marek Edelman, décédé en 2009, avait l'habitude de marquer de cette manière chaque anniversaire de l'Insurrection. Il le faisait en solitaire, en dehors des cérémonies officielles.

"Gloire et honneur aux héros de l'Insurrection du ghetto de Varsovie", a déclaré mardi le président polonais Andrzej Duda, devant le mémorial.

"C'est le jour du souvenir des héros qui voulaient se battre pour la liberté même s'ils prévoyaient qu'ils allaient mourir. Ils voulaient mourir la tête haute", a souligné le président portant lui aussi une jonquille accrochée à son manteau.

Par la couleur et la forme, les jonquilles font penser à l'étoile jaune obligatoire imposée aux Juifs par les Allemands pendant la guerre.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, en visite mardi à Varsovie, devait se recueillir lui aussi devant le mémorial dans l'après-midi.

mc/sw/via/ib