NOUVELLES
19/04/2016 08:52 EDT | Actualisé 20/04/2017 01:12 EDT

UE/climat : 30 milliards d'euros d'économies d'ici 2030 grâce à la lutte anti-réchauffement (étude)

Les efforts de l'Union européenne en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique pourraient lui faire économiser près de 30 milliards d'euros d'ici 2030 grâce à la baisse de ses importations de pétrole, conséquence des engagements pris à la COP21, selon une étude publiée mercredi.

Les auteurs de cette étude environnementale s'appuient sur un scénario dans lequel une politique active en matière de transports, visant à mettre en place les engagements formulés dans l'accord de Paris, aboutit à une baisse des importations de pétrole.

Ils ont calculé que la facture de l'UE serait réduite de 29 milliards d'euros d'ici 2030. Et la chute des prix du pétrole, consécutive à un recul de la demande, allégerait la note de 12 milliards d'euros supplémentaires.

L'étude, commandée par le think tank ECF (European Climate Foundation), a été réalisée par l'International Council on Clean Transportation (ICCT, l'ONG qui a révélé le scandale des moteurs truqués de Volkswagen), Cambridge Econometrics et le cabinet de conseil spécialisé Pöyry.

Elle se base sur l'hypothèse que l'investissement dans des technologies pauvres en émission de carbone ferait reculer la demande mondiale de pétrole d'environ 11 millions de barils par jour (mbpj) d'ici 2030 et 60 mbpj d'ici 2050.

Selon l'étude, les règles en matière d'efficacité énergétique imposées aux véhicules entre 2000 et 2015 ont permis de réduire la consommation d'environ 5 milliards de barils.

Les auteurs évaluent dans leur scénario que les politiques en faveur de l'efficacité énergétique des véhicules ou de technologies basées sur le tout électrique - et celles en faveur d'une réduction de la consommation de carburants des secteurs aérien et maritime - conduiraient à un point d'inflexion en 2025 dans la courbe de la consommation de pétrole.

La baisse des prix de l'or noir envisagée dans ce scénario résulterait en une hausse des revenus moyens dans l'UE de 0,9% d'ici 2050 par rapport à un scénario sans politique proactive, et la création de 400.000 emplois supplémentaires.

mla/agr/mct/mbo