NOUVELLES
19/04/2016 11:55 EDT | Actualisé 20/04/2017 01:12 EDT

Le Bureau de la concurrence clos son enquête sur Google entamée à 2013

OTTAWA — Le Bureau de la concurrence a indiqué mardi que Google avait accepté de mettre fin à l'inscription de certaines clauses jugées anticoncurrentielles dans ses ententes avec les annonceurs.

Le Bureau avait entamé une enquête sur les pratiques de Google en 2013, après avoir reçu des plaintes au sujet du géant de l'internet.

L'organisme dit avoir trouvé des preuves appuyant les allégations voulant que l'entreprise utilise, dans certains types de contrats, des clauses anticoncurrentielles qui nuisent aux annonceurs.

Google a apporté des changements à ses pratiques en 2013 pour répondre à des inquiétudes similaires aux États-Unis, a noté le Bureau, et l'entreprise a maintenant accepté de ne pas inclure de nouveau ces clauses dans ses contrats au Canada.

Le groupe de réglementation, qui a complété mardi son enquête sur Google, a dit avoir récolté assez de preuves pour soutenir d'autres allégations de comportement anticoncurrentiel.

Google s'est pour sa part dite ravie d'apprendre que le Bureau avait décidé de mettre fin à son enquête.

«Nous travaillons fort dans un environnement concurrentiel pour créer une très bonne expérience pour nos utilisateurs et pour les aider à trouver rapidement et facilement ce dont ils ont besoin sur Google», a expliqué le vice-président principal et responsable des affaires juridiques chez Google, Kent Walker.

Entre-temps, le Bureau affirme qu'il continuera à suivre les développements en ce qui a trait aux comportements de Google, notamment en s'intéressant aux résultats d'autres enquêtes menées ailleurs dans le monde.

«Nous continuerons de surveiller les entreprises de l'économie numérique afin de veiller à ce qu'elles n'adoptent pas de comportement anticoncurrentiel», a affirmé dans un communiqué le commissaire de la concurrence, John Pecman.

«Si de nouveaux éléments de preuve sont portés à mon attention au sujet d'une conduite anticoncurrentielle qui pourrait nuire au marché canadien, par Google ou tout autre participant du marché, je n'hésiterai pas à adopter les mesures appropriées.»