NOUVELLES
19/04/2016 03:33 EDT | Actualisé 20/04/2017 01:12 EDT

Course contre la montre pour retrouver des survivants après le séisme en Équateur

MANTA, Équateur — La course contre la montre pour retrouver des survivants se poursuivait mardi en Équateur, dans la foulée d'un séisme meurtrier de magnitude 7,8 dont le bilan surpasse maintenant les 400 morts.

Il s'agit du plus puissant tremblement de terre à avoir secoué le pays depuis plusieurs décennies.

Lundi, des secouristes provenant de l'Équateur et d'ailleurs se sont éparpillés le long de la côte Pacifique du pays pour tenter de retrouver des dizaines de personnes qui manquent toujours à l'appel.

Dans la ville portuaire de Manta, une cinquantaine de secouristes accompagnés de chiens spécialisés ont réussi, avec un vérin hydraulique et une perceuse, à libérer un groupe de huit personnes qui étaient coincées depuis plus de 32 heures dans les décombres d'un centre commercial qui a été aplati par la secousse de samedi soir.

Le premier sauvetage est survenu avant l'aube, quand une femme a été extirpée tête première d'un trou de près de 70 centimètres découpé à travers le ciment et l'acier. Des pompiers ont applaudi quand la femme — désorientée et couverte de poussière — a fait surface en se plaignant seulement d'une douleur.

Dans la ville voisine de Portoviejo, un homme prisonnier des décombres d'un hôtel a pu utiliser son téléphone cellulaire pour communiquer avec ses proches. Les secouristes ont éventuellement retrouvé Pablo Cordova, le gestionnaire de l'établissement, et l'ont emmené sur une civière. La victime a salué la foule en guise de remerciements.

Un pompier qui participe aux opérations de secours à Portoviejo a raconté n'avoir dormi que deux heures depuis samedi soir.

Mais les tragédies continuent aussi à s'accumuler. Les secouristes qui tentaient de libérer une femme coincée vivante dans les débris du centre commercial de Manta ont dû se replier quand une réplique a secoué la région. À leur retour, les décombres s'étaient déplacés et la femme était morte.

Les pannes d'électricité compliquent aussi la tâche des secouristes, qui doivent utiliser des génératrices bruyantes qui les empêchent d'entendre les appels à l'aide.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Guillaume Long, a lancé tard lundi sur Twitter que 654 secouristes provenant d'au moins 13 pays s'activent sur le terrain, et que d'autres sont attendus sous peu.

Le gouvernement équatorien a annoncé tard lundi un bilan officiel de 413 morts, tout en prévenant que celui-ci risque de s'alourdir au cours des prochains jours. On compte deux Québécois parmi les victimes.